Blog entries

Open Source Experience 2022

21/11/2022

Nous étions présents les 8 et 9 novembre 2022 au Palais des congrès à Paris pour Open Source Experience, qui est le rendez-vous européen de l'écosystème Open Source.

Nous avons reçu des visites sur notre stand, où nous proposions principalement nos formations à Python et aux autres outils et techniques que nous utilisons au quotidien : Web sémantique, Salt, GitLab, Docker, Mercurial, etc.

Lors des conférences, nous avons présenté CubicWeb-as-a-Service, grâce auquel nous pouvons désormais, à partir d'une ontologie OWL et de données RDF, construire et déployer en deux clics une application Web sur nos clusters Kubernetes.

Comme tous les ans, nous avons eu plaisir à discuter longuement avec les membres des entreprises et associations qui portent et défendent les valeurs du logiciel libre. Nous aurons probablement l'occasion de reparler ici des projets qui devraient découler de ces échanges passionnants.


Logilab sera au Capitole du libre 2022

17/11/2022 by Fabien Amarger

Ce week end, samedi 19 et dimanche 20 novembre, aura lieu le Capitole du libre à Toulouse. Cet évènement est toujours important dans notre calendrier car Logilab porte depuis sa création les valeurs du Logiciel Libre et dispose de locaux à Paris et à Toulouse. Nous serons donc, cette année encore, sponsor de cette conférence et prévoyons d'assister à de nombreuses présentations.

Nous présenterons, le samedi 19 novembre à 17h en salle A202, les dernières avancées de nos travaux de recherche, à savoir "CubicWeb-as-a-Service: Publier des données ouvertes ‘as a service’".

Nous serons enchantés de faire de nouvelles rencontres à l'occasion de Capitole du Libre. Contactez-nous par les réseaux sociaux si vous voulez convenir d'un moment pour discuter. Au plaisir de vous croiser cette fin de semaine à Toulouse !


SemWeb.Pro 2022 revient en présentiel !

28/09/2022 by Charlotte Cazals

Nous avons le plaisir de vous annoncer le programme de la conférence SemWeb.Pro 2022, que Logilab organise tous les ans depuis 2011 et qui réunit les professionnels du Web sémantique.

Après deux années chamboulées par la pandémie qui nous a imposé d'innover avec des conférences virtuelles dont les archives sont visibles sur peertube.semweb.pro, cette édition sera (enfin!) l'occasion de se retrouver en présentiel le 8 novembre 2022 prochain de 10h à 17h au FIAP de Paris. Vous avez jusqu'au 8 octobre pour profiter du tarif préferentiel de 82€.

Cette année, nous avons la chance de bénéficier du soutien de l'AFIA (l'Association Française en Intelligence Artificielle) qui offrira des entrées gratuites aux étudiantes et étudiants qui en feront la demande.

Le programme de cette édition s'articule autour de trois thématiques: le Web Sémantique face à de gros volumes de données, le Web Sémantique pour la culture et l'avenir du Web Sémantique.

Nous présenterons avec l'École normale supérieure de Lyon nos travaux sur la publication des données extraites des registres de la Comédie française dans la session Registres de la Comédie Française: du papier aux données RDF quantitatives.

Nous espérons que cet événement tiendra ses promesses en rassemblant comme tous les ans une centaine de personnes et en leur permettant de partager leurs travaux et d'entretenir leur réseau ou de découvrir les possibilités du web sémantique.


Logilab était à PFIA 2022 à Saint-Etienne

17/08/2022 by Fabien Amarger

Temps de lecture 2 min (325 mots)

Nous sommes allés à la Plateforme Française en Intelligence Artificielle 2022 à Saint-Étienne cette année. Cet ensemble de conférences rassemble chaque année les acteurs de l'intelligence artificielle francophone. Nous étions très heureux et heureuses de pouvoir y participer cette année encore.

Nous avons suivi la conférence d'Ingénierie des Connaissances, qui est la plus proche de notre domaine d'expertise. Nous y avons présenté nos travaux actuels sur OWL2YAMS et avons eu des retours positifs avec plusieurs perspectives dont nous vous ferons part dans de futurs articles.

Même si toutes les présentations étaient enrichissantes (nous avons appris beaucoup de choses !), nous avons choisi d'en mettre trois en lumière.

DAGOBAH est un outil permettant de générer un graphe RDF à partir d'un fichier CSV, en alignant au passage les données avec Wikidata et DBPedia. Cet outil est arrivé premier à SemTab 2021, un challenge de sémantisation de données tabulaires. Cet outil, que nous avions déjà vu lors de SemWeb.Pro 2021 pourrait nous servir de base de départ pour les projets de sémantisation de données CSV, mais ses conditions d'utilisation (libre ou non ?), restent à préciser.

Un état de l'art sur la négociation de contenu a été présenté. Il catégorise les approches existantes et ouvre des perspectives en proposant de la négociation de contenu par vocabulaire ou par forme SHACL sur les données RDF disponibles. Nous allons voir comment utiliser ces résultats dans nos travaux sur la négociation de contenu dans CubicWeb. Les dernières propositions, si elles sont standardisées, pourraient être utiles dans notre navigateur pour le web de données.

Le projet ATLANTIS a pour but de sémantiser des instructions nautiques, jusque là conservées dans un document textuel, afin de simplifier la recherche en leur sein. Ce projet est une application très concrète des technologies du Web sémantique, qui montre comment elles peuvent aider les utilisateurs et utilisatrices. Nous essayons, à Logilab, de promouvoir les mêmes idées à travers de projets comme data.bnf.fr, ou encore FranceArchives.


Pandas, Plotly et Jupyter : De l'analyse de données à l'application en ligne (3/3)

28/07/2022 by Pierre Choffé

Temps de lecture estimé 3 minutes.

Dans les articles précédents nous avons utilisé Pandas pour analyser un jeu de données, et avons créé des graphiques interactifs avec un calepin Jupyter. Cet article conclut la série en montrant comment utiliser Voilà et Jupyter-flex pour créer une application Web à partir d'un tel calepin.

Comme nous l'avons vu dans les deux premiers articles de cette série, l'utilisation de calepins Jupyter améliore le flux de travail des chercheurs et scientifiques depuis la phase exploratoire jusqu'à la communication des résultats. Pour un public non spécialisé, la présentation du code dans les calepins peut avoir un aspect rebutant, c'est pourquoi nous allons maintenant examiner Voilà et Jupyter-flex, qui permettent de créer facilement des tableaux de bord à partir des calepins.

Voilà

Voilà est un outil très simple qui permet de transformer nos calepins en applications web ou en tableaux de bord.

Voilà cache le code et affiche seulement le texte, les widgets et les résultats des calculs réalisés par le code, y compris les graphiques. Il se lance avec la commande voila <mon-calepin.ipynb>.

Si l'on reprend nos exemples précédents, cela donne :

Et si l'on reprend nos tableaux :

Le document reste interactif et on peut jouer avec, tout comme on le ferait avec un calepin, mais sans intervenir sur le code.

Jupyter Flex

Jupyter-flex quant à lui permet de créer des tableaux de bord HTML basés sur des calepins Jupyter. Il suffit pour cela d'ajouter un tag body dans la ou les cellules que l'on souhaite afficher dans le tableau de bord, puis de lancer la commande jupyter nbconvert --to flex <mon-calepin.ipynb> --execute qui exécutera toutes les cellules du calepin et retournera un joli tableau de bord composé avec les cellules taguées.

À noter : si nous utilisons la commande précédente, nous obtenons une version statique, ce qui peut être le comportement souhaité pour un tableau de bord. Si nous lançons le calepin avec Voilà, nous avons un tableau de bord dynamique.

Chez Logilab, nous utilisons Jupyter-flex pour notre tableau de bord interne. Couplé à la CI, il est mis à jour régulièrement.

Nous avons utilisé Jupyter et Jupyter-flex dans le cadre de projets clients, notamment le projet Resourcecode pour l'IFREMER (Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer) et ses partenaires.

Les outils créés à cette occasion sont visibles dans la page ResourceCodeTools et le code disponible dans l'entrepôt GitLab de l'Ifremer.

Comme on le voit dans cette illustration tirée du projet Resourcecode, on peut ajouter un menu latéral, des onglets ou une infobulle d’information. Jupyter-flex propose une architecture Cards -> Section : une Card (encart) contient une ou plusieurs cellules (code ou markdown) taguées (body, source, footer, ou même help pour afficher un modal) et une Section est constituée d'un ou plusieurs encarts que l'on affiche en colonnes ou en rangées. Jupyter-flex utilise Material UI qui s'appuie sur Grid qui est basé sur CSS Flexbox.

La documentation de Jupyter-flex est claire et comporte bien d'autres informations et options intéressantes, notamment pour la mise en page ou pour l'association Voilà et Jupyter-flex.

Note : à la date où nous écrivons, Jupyter-flex n'est pas compatible avec les dernières versions de Voilà ce qui devrait être rapidement résolu.


Refine vs React Admin: Recherche de la technologie pour l’interface d’administration de CubicWeb

12/07/2022 by Arnaud Vergnet

Temps de lecture estimé à 5 minutes.

Cet article explique notre reflexion sur le choix de la technologie la plus adaptée entre React Admin et Refine pour refaire l'interface de notre cadriciel CubicWeb.

Le stage d'Arnaud Vergnet s'est déroulé sur le premier semestre 2022 et son objectif était de réaliser une interface d'administration pour CubicWeb en React, en remplacement de l'interface web générée par CubicWeb.

La communauté React est très active et on trouve de de nombreuses bibliothèques pour résoudre des problèmes récurrents, dont la réalisation d'interfaces d'administration. La première étape consistait donc à faire un état de l'art des différentes technologies disponibles pour réaliser de telles interfaces.

De nombreuses technologies sont disponibles, mais deux se sont démarquées par la richesse de leurs fonctionnalités et leur communauté active: Refine et React Admin. Cet article va donc présenter et comparer ces deux bibliothèques ainsi que présenter le choix qui a été fait pour la suite du stage.

Refine

Cette technologie est récente (créée en 2021). C'est une bibliothèque sans affichage (headless) de création d'interface d'administration. Cette technologie est donc indépendante de la bibliothèque de composants graphique utilisée et s'occupe seulement de la phase de récupération et modification de données grâce à des hooks React. L'avantage de cette méthode est qu'elle permet de créer plus que des interfaces d'administration car elle ne s'occupe que de la gestion des données. Il est donc possible de créer une interface complètement customisée.

Malgré le fait d'être découplée d'une bibliothèque graphique, cette technologie propose tout de même une intégration out-of-the-box avec la bibliothèque Ant Design. Ces composants sont donc directement utilisables avec Refine sans avoir à construire une couche de compatibilité. Ant Design propose de nombreux composants de haute qualité et possède une communauté très active.

React Admin

Cette technologie est bien établie (créée en 2016) et propose une solution centrée sur la création d'interface d'administration. Ici de nombreux composants utilisant la bibliothèque MUI sont proposés, ainsi que de nombreux hooks React pour créer ses propres composants. MUI est une autre bibliothèque de composants React très populaire suivant les règles Material Design de Google. Grâce à cette intégration avec une bibliothèque de composants, il est possible de créer une interface d'administration en peu de temps et de lignes de code.

Comparaison

Les deux bibliothèques reposent sur le même principe: l'utilisateur doit écrire un objet appelé Data Provider décrivant les méthodes pour interagir avec le serveur de données, réalisant ainsi une couche d'abstraction sur les données. Les figures 1 et 2 présentent l'interface de ces objets pour Refine et React Admin et nous pouvons remarquer que ces interfaces sont similaires. Il serait donc possible de réutiliser tout ou une partie de cet objet entre les deux technologies, améliorant ainsi leur interopérabilité.

Figure 1 : Data Provider de React Admin Data Provider de React Admin

Figure 2 : Data Provider de Refine Data Provider de Refine

Comme nous pouvons le voir en figure 3, en plus de cette ressemblance pour le Data Provider, Refine et React Admin gardent une approche semblable pour résoudre le problème de génération d'interface, simplifiant encore leur interopérabilité. La différence réside principalement dans les bibliothèques de composants graphiques compatibles et donc leur utilisation finale.

Figure 3 : Comparaison de Refine et React Admin Comparaison de Refine et React Admin

Dans les deux cas il est possible de gérer les permissions et l'authentification. Les deux supportent aussi TypeScript pour avoir un typage fort afin de détecter les erreurs rapidement. Ant Design et Material design sont tout deux des bibliothèques matures avec une grande richesse de composants.

Ces points communs rendent le choix de technologie non-trivial et expliquent pourquoi il a été décidé de se concentrer principalement sur ces deux bibliothèques. Malgré toutes ces similarités, certaines différences ont fait pencher la balance vers une des deux technologies.

La première différence est le support de ces bibliothèques. React Admin a été créé en 2016 (React lui-même datant de 2013) et les développeurs (l'entreprise Marmelab) le maintiennent et ajoutent toujours des fonctionnalités. La version 4 est sortie pendant le stage d'Arnaud et le support réagit dans de courts délais. Refine est aussi activement maintenu par l'entreprise Pankod, mais le projet est beaucoup plus récent (début 2021), il est donc plus difficile d'estimer si le projet durera dans le temps. React Admin est donc un choix plus adapté en termes de stabilité.

Une autre différence majeure est sur l'utilisation de bibliothèques de composants d'interface. React Admin est fait pour marcher avec MUI et il serait difficile d'utiliser une autre bibliothèque sans tout réécrire. Refine quand à lui fonctionne par défaut avec Ant Design mais peut fonctionner avec n'importe quelle bibliothèque de composants. Cette liberté peut être utile pour s'adapter à n'importe quelle situation et client. En revanche il devient alors plus complexe de réaliser de simples interfaces comparé à React Admin. Pour faire une interface d'administration moderne sans besoins particuliers de design, React Admin offre alors une plus grande facilité et rapidité de développement.

Suite à cet état de l'art, il a été choisi d'utiliser React Admin pour réaliser l'interface d'administration de CubicWeb auto-générée. Refine n'est tout de même pas abandonné. Grâce au système de data provider adopté par les deux technologies, il sera possible d'adapter la logique utilisée pour React Admin à Refine. Il sera ainsi possible d'utiliser Refine pour développer des applications utilisateurs plus complexes si le besoin se fait sentir.

Suite ?

Tous ces développements sont Open-Source et vous pouvez retrouver le code permettant d'adapter React Admin à CubicWeb sur la forge de Logilab.


Pandas, Plotly et Jupyter : De l’analyse de données à l’application en ligne (2/3)

27/06/2022 by Simon Chabot

Temps de lecture estimé 10 minutes.

Dans un article précédent nous vous proposions une analyse de données à l’aide de la bibliothèque Pandas. Nous y avions construit une série de graphiques simples pour réaliser cette analyse. Dans cet épisode, nous allons aborder les widgets qui vont nous permettre de rendre ces graphiques dynamiques.

Il est conseillé d’avoir lu l’article précédent qui détaille la structure des données utilisées.

Qu’est-ce qu’un widget ?

Dans un calepin jupyter, le code peut facilement être édité et rejoué. Il est donc assez simple d’effectuer des changements. Il est toutefois possible que les utilisateurs finaux de l’application ne sachent pas programmer ou simplement qu’on préfère avoir un moyen simple d'interagir (sans avoir à relire le code Python et à le modifier). Dans de tels cas, les widgets constituent une bonne solution.

Les widgets sont des objets qui sont rendus dynamiquement dans les calepins Jupyter, et avec lesquels il est possible d’interagir.

La bibliothèque de base pour construire ces widgets est ipywidgets.

Dans l’exemple ci-dessous, la bibliothèque est importée puis un curseur glissant est construit.

>>> import ipywidgets as ipw
>>> ipw.IntSlider(min=0, max=20, step=2)

À l’exécution de la cellule Jupyter, le widget est affiché.

La connexion entre le widget affiché dans la page Web et l’objet python a été automatiquement définie. Cela signifie que si l’objet python est modifié, le rendu du widget est modifié et vice-versa. Dans le cas présent, l’attribut value du widget vaut 6.

À titre d’exemple, on peut construire un curseur glissant comme ceci :

>>> slider = ipw.IntSlider(min=0, max=20, step=2)
>>> slider

puis modifier dynamiquement la valeur de cet objet. Le rendu sera alors mis à jour.

>>> from time import sleep
>>> for i in range(0, 22, 2):
...    sleep(1)
...    slider.value = i

Les widgets deviennent très intéressants dès lors que l’on associe des fonctions python à des évènements. Dans l’exemple ci-dessous, nous avons défini deux widgets de type “curseur glissant” et un widget d’affichage. Nous voulons afficher dans ce dernier widget la somme des deux curseurs.

On construit un widget de type Bouton, et on associe le clic sur ce bouton à l’appel de la fonction compute_add qui somme les valeurs des deux curseurs et met à jour l’affichage.

>>> from IPython.display import clear_output
>>> sld1 = ipw.IntSlider(min=0, max=20)
>>> sld2 = ipw.IntSlider(min=0, max=20)
>>>
>>> out = ipw.Output()
>>> with out:
...    print("0 + 0 = 0")
...
>>> def compute_add(evt):
...    with out:
...       clear_output()
...       res = sld1.value + sld2.value
...       print(f"{sld1.value} + {sld2.value} = {res}")
...
>>> btn = ipw.Button(description="Sum")
>>> btn.on_click(compute_add)
>>> ipw.HBox([ipw.VBox([sld1, sld2, btn]), out])

Le rendu est alors le suivant :

Utiliser un widget pour sélectionner les données à afficher

Dans l’épisode précédent, nous avions écrit une fonction pour charger toutes les données des licenciés inscrits dans les fédérations sportives pour les années 2012 à 2019. La fonction est la suivante :

>>> from pathlib import Path
>>> import pandas as pd
>>> DATA_DIR = Path().resolve() / "data"
>>> def load_data():
...    year_dfs = []
...    for year in range(2012, 2019):
...       fname = f"sport_license_holders_{year}.csv"
...       yr_df = pd.read_csv(
...          DATA_DIR / fname,
...          dtype={"dep_code": str},
...          index_col=["dep_code", "dep_name", "fed_code", "fed_name", "gender", "age"],
...       )
...       yr_df.rename(columns={"lic_holders": str(year)}, inplace=True)
...       year_dfs.append(yr_df)
...    data = pd.concat(year_dfs, axis=1)
...    return data
...
>>> d = load_data()

Le DataFrame résultant contient plus de 1.6 millions de lignes et 7 colonnes. Nous pouvons maintenant écrire une fonction très simple qui affiche l’évolution du nombre de licenciés de 2012 à 2019 pour les fédérations qui sont données en paramètre.

>>> pd.options.plotting.backend = "plotly"  # Choose Plotly as the plotting back-end
>>> def plot_license_holders_evolution_by_sport(data, fed_codes):
...    data_sports = data.groupby(level=["fed_code", "fed_name"]).sum()
...    sel_data_sports = data_sports.loc[list(fed_codes)]
...    sel_data_sports = sel_data_sports.droplevel(0)
...    sel_data_sports.index.name = "Federations"
...    fig = sel_data_sports.transpose().plot(title="Sport license holders")
...    fig.update_layout(xaxis_title="year", yaxis_title="number of license holders")
...    return fig
...
>>> plot_license_holders_evolution_by_sport(d, [109, 115, 242, 117])

Nous souhaitons utiliser un widget proposant de sélectionner une ou plusieurs disciplines, puis afficher le graphique correspondant lorsque la sélection est validée.

La première chose que nous réalisons est un dictionnaire contenant en clef le nom des fédérations sportives et en valeur leur numéro associé. Ce dictionnaire pourra être fourni à un widget de type SelectMultiple.

Nous utilisons le code suivant pour obtenir le dictionnaire de correspondance :

>>> def extract_federation_names_codes(data):
...    codes = data.index.get_level_values(
...        "fed_code"
...    )  # Extract all the values from the level ``fed_codes`` of the index
...    names = data.index.get_level_values(
...        "fed_name"
...    )  # Extract all the values from the level ``fed_names`` of the index
...    dic = {name: code for code, name in zip(codes, names)}
...    return dic
...

Et finalement, la fonction suivante permet de construire l’interface souhaitée :

>>> from IPython.display import display
>>> def build_gui(data):
...    fed_values = extract_federation_names_codes(data)
...    fed_wdg = ipw.SelectMultiple(
...        options=fed_values, description="Sport federations", rows=20
...    )
...    plt_btn = ipw.Button(description="Plot")
...    out_wdg = ipw.Output()
...    # Define the hook function that will be called each time the button is clicked
...    def refresh_plot(evt):
...        fed_codes = fed_wdg.value
...        with out_wdg:
...            clear_output()
...            display(plot_license_holders_evolution_by_sport(data, fed_codes))
...
...    plt_btn.on_click(refresh_plot)
...    gui_wdg = ipw.HBox([ipw.VBox([fed_wdg, plt_btn]), out_wdg])
...    return gui_wdg
...
>>> build_gui(d)

Nous venons ainsi de faire une fonction qui construit une interface utilisateur, composée d’un widget permettant de faire une sélection multiple. Lorsque la sélection est validée, la fonction d’affichage du graphique est rappelée, mettant ainsi le composant à jour. Le développement de cette interface utilisateur est bien plus simple que ce que nous aurions eu à faire avec d'autres solutions comme Qt, Tkinter ou même Flask + Javascript.

On voit que cela permet à tous les utilisateurs de faire leur propre analyse sans avoir à changer une seule ligne de code.

Dans le prochain épisode, nous présenterons Voila qui permet de transformer un calepin Jupyter en une petite application Web, utilisable sans aucune connaissance de Python. Nous utiliserons également jupyter-flex pour obtenir une jolie application Web dotée de bulles d’aides, d’onglets et d’un menu latéral.


Parrainage de SemWeb.Pro par l'AFIA

13/06/2022

Temps de lecture 2 min (350 mots)

Chaque année, Logilab organise la conférence SemWeb.Pro. Cette conférence regroupe plusieurs acteurs du monde des technologies du Web Sémantique pour discuter de leur application dans le cadre d'activités commerciales et industrielles. Pour cela des responsables de projets dans des entreprises, des universitaires, des étudiants et étudiantes, des indépendantes et indépendants, viennent présenter leurs derniers travaux devant la communauté de semweb.pro.

Ces présentations ont plusieurs objectifs : - démontrer des résultats obtenus avec des applications en production - faire connaitre et confronter des idées novatrices et de nouveaux projets - réfléchir et échanger collaborativement sur les évolutions du Web Sémantique dans le monde industriel - créer un réseau de personnes travaillant sur et avec ces sujets afin de créer de nouvelles opportunités pour chacun et chacune

Dans ce cadre, SemWeb.Pro est devenue une référence, et est attendue chaque année. Malgré les contraintes imposées par la pandémie de ces dernières années, la conférence a continué à avoir lieu à travers des outils de visio-conférence et la communauté a poursuivi les échanges et les discussions.

L'édition 2022 aura lieu le 8 novembre à Paris près de Denfert-Rochereau et nous nous réjouissons de pouvoir retrouver tout le monde en personne plutôt que par écran interposé. Nous vous tiendrons informés, via ce blog et les réseaux sociaux, de l'appel à communication.

Cette année, l'Association Française en Intelligence Artificielle) a décidé de soutenir la conférence. Ce parrainage va se concrétiser en deux actions:

  • les étudiants et les étudiantes pourront assister à la conférence gratuitement grâce à des subventions de l'AFIA (nous vous communiquerons les modalités pour obtenir ces subventions lorsqu'elles seront établies).
  • l'AFIA va communiquer sur différents canaux l'appel à communication et à participation à la conférence, pour accroître encore l'audience et la taille de la communauté.

Nous remercions chaleureusement l'AFIA et plus particulièrement Catherine Roussey et Sylvie Desprès (coordinatrices du collège Ingénierie des Connaissances de l'AFIA) pour avoir proposé ce parrainage. Nous sommes très fier que SemWeb.Pro soit reconnue comme participant au rayonnement de l'Intelligence Artificielle française.


Sponsonariat de PFIA 2022 par Logilab

08/06/2022

Temps de lecture 2 min (350 mots)

La Plateforme Française en Intelligence Artificielle a lieu tous les ans. Cette plateforme regroupe le fleuron de la recherche scientifique concernant l’intelligence artificielle en France. Elle regroupe sept conférences différentes, toutes concernant une branche de l’intelligence artificielle :

Conférence Nationale sur les Applications Pratiques de l’Intelligence Artificielle (APIA)
Conférence Nationale en Intelligence Artificielle (CNIA)
Journées Francophones d’Ingénierie des Connaissances (IC)
Journées Francophones sur la Planification, la Décision et l’Apprentissage pour la conduite de systèmes (JFPDA)
Journées Francophones sur les Systèmes Multi-Agents (JFSMA)
Journées d’Intelligence Artificielle Fondamentale (JIAF)
Rencontre des Jeunes Chercheurs en Intelligence Artificielle (RJCIA)

Logilab, qui s’est spécialisée dans les technologies du Web Sémantique, participe régulièrement, comme auditrice ou autrice, à la conférence IC, puisque c’est dans celle-ci que sont discutées les avancées concernant le Web Sémantique et le Web de données liées. On peut, par exemple, citer nos publications dans cette conférence en 2019, Un navigateur pour le Web des données liées, ou en 2020, CubicWeb : vers un outil pour des applications clé en main dans le Web Sémantique.

Nous apprécions les échanges que nous avons lors de cette conférence et c’est donc chaque année avec plaisir que nous y participons. De plus, la tenue au même moment et au même endroit des conférences connexes nous offre l’opportunité de découvrir de nouveaux sujets qui peuvent élargir notre horizon et nous donner des pistes à suivre lors de nos prochaines réalisations.

Après tous ces éloges pour la plateforme, il n’est pas surprenant que nous ayons décidé d’être sponsor de PFIA2022 qui se tiendra à l’École des Mines de St Etienne du 27 juin au 1er juillet. Il nous a paru naturel de soutenir une initiative qui nous semble centrale quant à l’évolution de la recherche scientifique française en intelligence artificielle.

Nous profitons de cet article pour annoncer que nous allons présenterons la suite de nos travaux de recherche lors de la session 9 de IC, le vendredi matin à 9h. Cette présentation s’intitule “OWL2YAMS : créer une application CubicWeb à partir d’une ontologie OWL”. Nous sommes impatients de pouvoir échanger sur ces sujets et de découvrir toutes les autres présentations.

On se donne rendez-vous à St Etienne ?


Nouveaux patrons Gitlab CI pour JavaScript

30/05/2022 by Arnaud Vergnet

Temps de lecture 2 min (400 mots)

Dans le cadre de son stage de fin d'étude à Logilab, Arnaud à été amené à travailler avec des projets JavaScript (CubicWebJS et react-admin-cubicweb) nécessitant un processus d'intégration continue (CI) qui s'exécute sur notre forge heptapod.

Pour éviter de répéter le code décrivant la CI, Arnaud a écrit plusieurs scripts à utiliser comme patrons dans les projets JavaScript. Ces scripts sont intégrés au projet gitlab-ci-templates. Ils supposent l'utilisation de nodejs et sont compatibles avec yarn et npm. La détection se fait automatiquement : si le fichier yarn.lock est présent à la racine du projet, yarn est utilisé, sinon c'est npm. L'image de base utilisée pour tous ces scripts est node:latest, si vous avez besoin d'une version spécifique, vous pouvez remplacer latest par la version de votre choix en surchargeant le script dans votre projet.

Voici un bref descriptif des différents scripts disponibles :

  • js-install : installe les dépendances listées dans le fichier package.json et génère un artifact avec le dossier node_modules (ou les dossiers si on est dans le cas d'un workspace yarn). Cette installation est utilisable par les étapes suivantes si elles incluent js-install en tant que dépendance.
  • js-lint : lance la commande lint spécifiée dans le fichier package.json.
  • js-test : lance la commande test spécifiée dans le fichier package.json.
  • js-build : construit le projet avec la commande build spécifiée dans le fichier package.json. Il peut être utile de générer un artifact avec le résultat du build pour le rendre utilisable lors d'une autre étape.
  • npm-publish : publie le projet sur npmjs.com. Ce script n'est lancé que lorsqu'un tag est détecté et seulement si les scripts de test, lint et build précédents ont réussi (ces scripts étant optionnels). Si vous avez généré un artifact avec le résultat du build, il sera disponible ici pour publication. Ce script considère qu'il existe une variable d'enrivonnement NPM_TOKEN contenant le token de connexion pour la publication. Il est possible de spécifier ce token comme variable cachée dans GitLab (et donc dans Heptapod).
  • webpack-publish : compile le projet en utilisant webpack et génère un artifact avec le dossier public pour préparer le déploiement sur les Gitlab pages. Ce script n'est executé que sur la branche default et seulement si les scripts de test, lint et build précédents ont réussi (ces scripts étant optionnels). Si vous avez généré un artifact avec le résultat du build, il sera disponible ici pour publication.
  • gitlab-pages : Publie le contenu du dossier public sur les Gitlab pages du projet. Ce script n'est executé que sur la branche default. Pour l'utiliser dans vos projets, vous aurez besoin de définir vous-même ses dépendances pour pouvoir publier les résultats de compilation.

Voici un exemple de l'utilisation de ces scripts dans le projet react-admin-cubicweb :

N'hésitez pas à utiliser ces scripts dans vos projets JavaScript, ils sont faits pour ça !


jupyterlab-friendly-traceback

24/05/2022 by Olivier Giorgis

Temps de lecture ~1 min (100 mots)

Dans le cadre de ses formations, Logilab à créé jupyterlab-friendly-traceback, une extension JupyterLab qui permet d'utiliser friendly-traceback de façon interactive dans les calepins Jupyter.

Le but du module Friendly-traceback est de remplacer les messages d'erreurs standards de Python par des messages plus complets et plus faciles à comprendre. Ce module permet, entre autre, d'expliquer ce qui a provoqué la levée d'une exception dans un programme.

Les informations données par Friendly-traceback ont une grande valeur pédagogique et permettent aux développeurs Python débutants, voir confirmés, de mieux comprendre les erreurs présentes dans leur code.

Pour utiliser l'extension jupyterlab-friendly-traceback, il suffit de la pip-installer dans votre environnement de la façon suivante:

$> pip install jupyterlab-friendly-traceback

Il est ensuite possible d'activer et de désactiver l'extension JupyterLab en cliquant sur un bouton qui apparaît dans la barre d'outils du calepin Jupyter.


Logilab au JDLL 2022

13/05/2022 by Arnaud Vergnet

Temps de lecture 4min (~800 mots)

Nous poursuivons notre participation au libre en envoyant deux nouveaux logilabiens, Yoelis et Arnaud aux JDLL de Lyon, le rendez-vous annuel de celles et ceux qui sont curieux·ses et passionné·e·s de numérique libre et émancipé. Ils y ont découvert l'actualité économique et les enjeux politiques inhérents à la pratique du libre. Ils ont également été surpris par la richesse de l'innovation qui se déploie dans ces espaces.

Ce week-end fût riche en idées et les résumer en quelques lignes n'est pas tâche aisée. Nous nous sommes concentrés sur quelques conférences, mais vous trouverez la liste complète de toutes les conférences. Les différentes discussions auxquelles ont participé nos Logilabiens tournent autour de trois grandes questions.

Comment défendre nos droits et s'organiser en dehors des structures verticales et traditionnelle du pouvoir ?

Le collectif des chatons avait des choses à en dire. Les CHATONS, l'acronyme de Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires, est un collectif d'hébergeurs citoyens. Ils permettent à chacun d'accéder à différents services hébergés (email, sites web, outils collaboratifs) près de chez eux afin que chacun puisse se réapproprier ses données et réduire sa dépendance aux GAFAM.

Les étudiants de Compiègne qui ont lancé Picasoft ont parlé de leur expérience de mise en œuvre d'un CHATONS et de la façon qu'ils ont eu de déconstruire progressivement au cours de cette expérience les structures classiques de l'organisation d'une association. Ils sont parvenus, non sans peine, à un mode de fonctionnement organique où celles et ceux qui font sont les décideurs, dans la bienveillance et l'écoute mutuelle.

Comment promouvoir la notion de commun, l'open-data et la réappropriation des données par les collectifs ?

Le langage n'est pas neutre et les dictionnaires sont imprégnés de la vision du monde de leurs auteurs et affectés par leurs conditions de production. S'il est le fruit d'un travail institutionnel, il y a un risque qu'il soit stoppé si les financements devaient s'arrêter ou si la situation politique changeait. La communauté est moins impliquée et le travail laissé à quelques sachants. La ligne éditoriale encourt un risque de censure et le contenu peut-être daté ou anachronique. Même si les projets issus de communautés ne sont pas concernés par ces problèmes, ils ont souvent du mal à atteindre les communautés érudites et ne sont pas toujours à la pointe en ergonomie et design.

Le Dictionnaire Des Francophones (DDF) a ainsi essayé de lier ces deux mondes. Basé sur les données du projet ouvert du Wiktionnaire (projet de la Fondation Wikimedia), le DDF est une initiative du ministère de la Culture pour représenter la diversité de la langue Française à travers toute la francophonie. Comparé au Wiktionnaire, le DDF possède une meilleure ergonomie et est plus facilement utilisable par d'autres applications grâce à la publication de ses données aux formats du Web Sémantique comme le RDF.

La métropole de Lyon a bien compris l'enjeu d'impliquer la communauté et mène un projet ambitieux d'ouverture de ses données. Cette initiative multiplie ainsi les possibilités de valorisation des données par les scientifiques et les journalistes. En revanche, contrairement au DDF, les données publiées ne sont pas au format du Web Sémantique, limitant les possibles utilisations. La perspective est tout de même envisagée sur le long terme.

Quels outils innovants pour l'ingénierie logicielle ?

En parallèle des conférences, nos logilabiens ont assisté à des ateliers techniques, tels que l'atelier d'initiation à Rust et à la conception d'un jeu avec Rust.

Rust est un langage de programmation à typage fort, garantissant l'absence d'erreurs de mémoire au moment de la compilation. Il est fortement inspiré de la famille du C avec une syntaxe moderne. Il permet différents styles de programmation, notamment fonctionnel. Contrairement au C et au C++, Rust utilise le gestionnaire de dépendances Cargo, similaire à Pip pour Python et NPM pour JavaScript. Rust est donc un langage système moderne possédant de nombreuses qualités pour simplifier le travail de ses utilisateurs, expliquant sa popularité en hausse.

Pijul est un nouveau système de contrôle de version ayant pour objectif de résoudre de multiples problèmes existants dans les solutions actuelles. Contrairement à Git et Mercurial qui se basent sur la théorie des snapshots, Pijul suit les pas de Darcs en s'appuyant sur la théorie des patchs. Historiquement, l'approche par snapshot possède de bien meilleures performances que celle par patchs, mais possède de nombreux problèmes lors d'opérations complexes (merge ambigus). L'objectif de Pijul est de résoudre les problèmes de performances présents chez Darcs pour créer un système performant à la Git, fiable et simple à utiliser à la Darcs.

Bilan

Participer à de tels événements est toujours une source d'inspiration pour nos logilabiens. La découverte de nouvelles technologies et de nouveaux projets libres est ce qui nourrit notre activité au quotidien. Grâce aux JDLL, Logilab sera sûrement amenée à utiliser une de ces technologies lors de projets. Nous avons hâte de retrouver tout ce joli monde à la prochaine édition !


Participation à l'atelier RoCED à la conférence KGC : Apprentissage automatique de règles de transformation entre formats bibliographiques

29/04/2022

(Titre en anglais: Learning Transformation Rules Between Bibliographical Formats Using Genetic Programming)

Temps de lecture 2 minute (~300 mots)

Nous avons l'honneur d'avoir été invités à parler de nos travaux à l'atelier RoCED qui aura lieu durant la conférence KGC 2022, en ligne, le 2 mai entre 9h et 12h EST (New-York) ou entre 15h et 18h heure française.

Cet atelier est spécialisé dans l'étude de la complexité, l'hétérogénéité, l'incertitude et l'évolution des données et des connaissances. Pour faire face à l'accroissement constant de la quantité de données et connaissances générées, il devient primordial d'appréhender ce volume pour pouvoir exploiter la connaissance sous-jacente. Cet atelier propose d'apporter des éléments de réponse à ce problème en explorant des applications d'apprentissage automatique, de fouille de données, ou de raisonnement sur des graphes de connaissance.

Dans ce cadre, Logilab (par l'intervention d'Élodie Thiéblin) présentera les résultats préliminaires d'une étude commanditée par la BnF (Bibliothèque nationale de France). La BnF est actuellement en train de migrer son catalogue de données du format Intermarc (variante du MARC) vers le format Intermarc-NG (distingant notamment Oeuvre, Expression, Manifestation, Item). Cette migration est faite grâce à des règles écrites manuellement. Pour préserver l'interopérabilité avec les applications qui ne traitent que le format Intermarc, il est envisagé d'apprendre la transformation inverse (Intermac-NG vers Intermarc) automatiquement. Comme la migration de données n'a pas eu complètement lieu, l'étude s'est concentrée sur l'apprentissage de règles de transformation de l'Intermarc vers le Dublin Core, basé sur un ensemble de notices bibliographiques disponibles dans les deux formats. Une preuve de concept a été développée en utilisant la programmation génétique, dont les résultats sont des règles plus ou moins complexes. Notre hypothèse est que cet apprentissage peut être appliqué à d'autres formats de données structurées.

Si vous souhaitez suivre cette présentation (et les autres présentations passionnantes prévues durant ces journées KGC) ne tardez pas à vous inscrire ici : https://www.knowledgegraph.tech/

Merci beaucoup à Nathalie Hernandez, Fathia Sais et Catherine Roussey de nous permettre de présenter nos travaux durant cet atelier.


Logilab been invited to participate in the RoCED workshop, occuring during KGC 2022.

This workshop focuses on contributions describing methods and uses-cases that rely on the application of reasoning and machine learning on complex, uncertain and evolving knowledge graphs.

We will present the preliminary results of a study commissioned by the National French Library (BnF). The National French Library (BnF) is migrating its catalogue data from the Intermarc bibliographic format (similar to UniMARC) to Intermarc-NG with manually created rules. To keep their data interoperable with applications which can only deal with Intermarc data for now, they would like to automatically learn the inverse transformation (Intermarc-NG to Intermarc). The catalogue data has not been entirely migrated so far, therefore, the study focused on learning transformation rules from Intermarc to Dublin Core, based on a corpus of bibliographic records in both formats. A proof of concept has been developed using genetic programming resulting in more or less complex rules. We argue that this transformation rule learning algorithm could be applied to other structured data formats.

If you want to follow this presentation and other interesting talks, register here: https://www.knowledgegraph.tech/

We thank Nathalie Hernandez, Fathia Sais and Catherine Roussey for their invitation to this workshop.


Partenariat Logilab/TotalEnergies Semantic Framework : Interopérabilité sémantique des modèles et des données de l’industrie

22/04/2022

Temps de lecture 1 minute (~250 mots)

La onzième conférence pour l'interopérabilité des systèmes et applications d'entreprise, I-ESA 2022 a eu lieu en mars 2022 à Valence en Espagne.

Logilab y a co-présenté, avec les partenaires du projet TotalEnergies Semantic Framework, un article intitulé "Intégrer les données et les modèles dans l'industrie grâce à l'interopérabilité sémantique obtenue en utilisant les standards du domaine" (New ways of using standards for semantic interoperability towards integration of data and models in industry).

Le résumé de cet article est le suivant.

De récents groupements européens du programme H2020, des projets collaboratifs dans le domaine industriel et des avancées des organisations de standardisation convergent vers de nouvelles utilisations des standards internationaux pour intégrer les données et permettre de nouveaux types de collaboration le long des cycles de vies et au sein des écosystèmes des produits et installations industrielles.

Dans cet article, nous décrivons l'approche innovante adoptée par TotalEnergies pour pallier le manque d'interopérabilité entre les données produites au cours du cycle de vie d'une installation industrielle. Le résultat est le TotalEnergies Semantic Framework, qui se fonde sur des standards pour formaliser la sémantique des données échangées entre les partenaires et s'assurer que chacun peut opérer à son tour et dans ses propres applications les traitements associés à son rôle dans le processus global de conception, construction, exploitation, maintenance et démantellement des installations.

Une architecture centrée sur des données décentralisées partagées par de multiples acteurs ayant chacun une spécialité et un point de vue sur un système complexe ? C'est bien évidemment un cas d'usage idéal pour les techniques du Web sémantique que maîtrise Logilab !

Vous pourrez lire l'article complet ici


Resourcecode

12/04/2022 by Simon Chabot

400 mots - Temps de lecture 2 min

Le 10 mars 2022 a eu lieu le lancement de la « boite-à-outils Resourcecode » devant plus d’une centaine de partenaires du projet. Logilab est fière d’avoir pu participer à ce projet.

Resourcecode est un projet visant à soutenir les investissements et la croissance dans le secteur de l’énergie houlomotrice et maréomotrice par la création d’une boîte à outils intégrée de données marines.

Concrètement, des données décrivant l’état de la mer (vitesse du vent, hauteur des vagues, direction du courant, etc) sont enregistrées par des bouées de l’IFREMER (Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer) et de ses partenaires. Des données de 1994 à 2020 sont disponibles pour des milliers de points de l’océan Atlantique et de la mer du Nord avec une résolution temporelle de l’ordre de l’heure. Une fois ces données enregistrées, elles peuvent être interpolées sur les points d’un maillage triangulaire.

Logilab a remporté un appel d’offre, déposé par l’Ifremer, dans le cadre de ce projet. Nous avons eu la charge de réaliser :

  • une application web resourcecode.ifremer.fr permettant la visualisation des points où les données sont accessibles et proposant des outils statiques ou interactifs basés sur des calepins Jupyter afin d’étudier la mer au point considéré.
  • produire une bibliothèque python resourcecode permettant de télécharger localement les données d’un point sous forme de DataFrame Pandas. L'intégration continue de la forge GitLab de l'IFREMER génère avec Sphinx la documentation de cette bibliothèque.
  • intégrer à cette bibliothèque des codes de calculs écrits par l’IFREMER et ses partenaires (codes écrits en R, MATLAB ou Python)
  • mettre en place une architecture permettant à l’IFREMER et ses partenaires de construire des nouveaux outils (statiques ou interactifs). Ces outils sont développés et maintenus par l’IFREMER et ses partenaires, et automatiquement intégré à l’application web. Ils sont développés sur l’instance GitLab de l’Ifremer.

Lors de cet événement de lancement de Resourcecode, une démonstration en direct a pu être effectuée auprès du public : la bibliothèque a été installée et un dépôt de code contenant un calepin Jupyter a été cloné puis exécuté. Cela a permis de démontrer la facilité d'utilisation de cet outil, ainsi que la répétabilité offerte par ce type d’architecture, qui correspond aux attentes actuelles en matière de science ouverte (Open Science).


Logilab au FOSDEM 2022

30/03/2022

Temps de lecture = 3 minutes (~ 600 mots)

Cette année, comme l'année dernière, le FOSDEM s'est déroulé intégralement en ligne en s'appuyant sur une infrastructure technique constituée de logiciels libres :

  • matrix qui est un outil décentralisé de communication en temps réel qui repose sur un standard ouvert. Chaque session thématique avait son propre salon de discussion Matrix. Vous pouvez créer votre compte matrix sur joinmatrix.org.
  • jitsi qui est une application libre et multiplateforme de visioconférence, VoIP et messagerie instantanée. Vous pouvez utiliser le service offert par un des chatons.

Au cours de cette édition du FOSDEM, nous avons participé aux sessions concernant Python et les plateformes de tests et d'intégration, au cours desquelles nous avons eu la chance de présenter CubicWeb et notre utilisation de GitLab.

CubicWeb: bootstraping a web-application from RDF data

Voici la page, le support et la vidéo

Le Web s'est d'abord développé comme un ensemble de documents connectés par des liens hypertexte, mais depuis quelques années, on assiste à une explosion du nombre de jeux de données publiées sur le Web en utilisant le standard RDF et les URLs pour désigner les objets représentés.

Publier ces données en permettant la négociation de contenu pour obtenir soit les données, soit du HTML à la même adresse (URL) est rarement effectué. Selon nous, cela s'explique par le fait qu'il n'existe pas de solution toute prête, ni d'interface d'administration de données RDF offrant les opérations CRUD habituelles associées à la définition fine de permissions.

CubicWeb est un système de gestion de contenu sémantique pour le Web de données liées, qui répond à ce besoin en offrant les fonctionnalités attendues d'un CMS et en rendant accessibles les données et pas uniquement une interface de consultation.

Nous avons présenté au FOSDEM l'utilisation de OWL2YAMS pour initialiser une nouvelle application CubicWeb à partir d'une ontologie OWL. L'application est ensuite directement utilisable pour publier les données RDF et l'ontologie utilisée, mais aussi pour parcourir, visualiser et administrer ces données avec une interface autogénérée.

How to improve the developer experience in Heptapod/GitLab

Voici la page, le support et la vidéo de cette présentation.

Logilab utilise depuis maintenant deux ans Heptapod, un fork amical de GitLab en achetant du support à Octobus.

Dans notre instance d'Heptapod, nous maintenons CubicWeb, les sous-composant les «cubes», nos projets clients, nos projets open-sources et nos projets internes.

Nous avons plusieurs centaines de projets dépendants les uns des autres dans Heptapod. À cette échelle, il nous paraît impossible d'assurer une cohérence des bonnes pratiques sans avoir recours à l'automatisation.

Dans cette présentation, nous avons détaillé les outils d'automatisation qui nous aident pour maintenir l'ensemble de nos projets, en particulier AssignBot et Code-Doctor. Certains de ces outils sont spécifiques à Mercurial, mais la plupart peuvent être utilisés avec Git dans GitLab.

Ils nous permettent de :

  • Créer des demandes de fusion automatiquement dans les dépôts en fonction de certaines règles, comme les avertissements de dépréciation (un peu comme dependabot).
  • Choisir un reviewer pour les demandes de fusion en fonction des préférences des développeurs.
  • S'assurer de commiter, tagger, mettre à jour le changelog, publier sur PyPi lors de la sortie d'une nouvelle version.
  • Mutualiser les configurations GitLab CI avec des templates.
  • Héberger des images docker sur la forge.
  • Avoir des sites web statiques, de la documentation ou des applications web à jour.

Chaque cas d'utilisation peut être résolu facilement, mais c'est en les combinant que l'on facilite vraiment la vie des développeurs et que l'on gagne vraiment en efficacité.

Le mot de la fin

Merci beaucoup à toutes les personnes qui ont aidé à organiser cette nouvelle édition !


Logilab à SWIB 2021

18/03/2022

Temps de lecture = 3 min (650 mots)

Logilab a participé à l'édition 2021 de la conférence SWIB (Semantic Web in Librairies), dédiée à l'étude des technologies du Web Sémantique appliquées aux bibliothèques, pour y présenter deux projets qui ont reçu des retours positifs.

SparqlExplorer

Elodie Thiéblin a présenté la dernière version de SparqlExplorer. L'enregistrement est disponible sur youtube.

Le projet SparqlExplorer permet d'explorer un entrepôt SPARQL en appliquant des vues qui s'adaptent au type de la ressource à afficher.

Chaque ressource étant identifiée par une URI, il est possible de récupérer le type d'une resource en cherchant dans l'entrepôt SPARQL un triplet RDF de la forme <uri_ma_ressource> rdf:type <uri_du_type>. Une fois le type connu, le SparqlExplorer sélectionne parmi toutes les vues fournies par un serveur de vues, la vue la plus adaptée pour afficher la resource. Cette vue sélectionnée récupère les données nécessaires dans l'entrepôt SPARQL et génère un morceau de page HTML qui est inséré dans l'affichage du SparqlExplorer. Lorsqu'un lien vers l'URI d'une autre ressource est suivi, le processus est appliqué de nouveau pour obtenir le type, détermier la vue la plus adaptée puis calculer l'affichage de la ressource. Il est ainsi possible de naviguer d'une ressource à une autre au sein d'un entrepôt SPARQL en suivant des liens dans des pages HTML plutôt qu'en écrivant des requêtes SPARQL.

En mettant à disposition des vues adaptées aux vocabulaires standardisés du domaine des bibliothèques, le SparqlExplorer devient un outil générique qui permet naviguer dans de multiples catalogues publiés sous forme d'entrepôts RDF interrogeables en SPARQL, sans qu'il soit nécessaire de développer une application web spécifique à chacun de ces catalogues en ligne.

OWL2YAMS

La deuxième intervention était un atelier pratique animé par Fabien Amarger et consacré à OWL2YAMS, lequel permet de publier des données RDF facilement avec CubicWeb.

Le cadriciel CubicWeb est utilisé dans la majorité des projets à Logilab. Son développement a toujours été orienté pour profiter au maximum des concepts du Web Sémantique. Depuis plusieurs années, CubicWeb se positionne comme un cadriciel de développement d'application pour le Web de données liées. La négociation de contenu est par exemple disponible par défaut dans CubicWeb, ce qui permet, pour chaque ressource, de télécharger les données au format RDF avec une simple requête HTTP.

L'outil OWL2YAMS permet de créer une application CubicWeb à partir d'une ontologie OWL avec une seule commande. Il suffit ensuite de déployer cette application pour publier cette ontologie en ligne. Un script générique permet d'importer dans l'application des données RDF utilisant le vocabulaire de cette même ontologie.

A notre connaissance, OWL2YAMS et CubicWeb constituent la méthode la plus simple et la plus directe pour mettre en ligne des données liées sur le web en utilisant les standards du Web sémantique et en disposant d'une application web moderne qui permet à la fois l'affichage et la navigation en HTML, le téléchargement du RDF par négociation de contenu et l'utilisation d'une interface d'administration pour la gestion du contenu et des droits d'accès.

Conclusion

Nous sommes très contents d'avoir pu proposer ces deux outils durant la conférence SWIB21. Les retours ont été très positifs et nous confortent dans l'idée que, autant le SparlExplorer que CubicWeb, représentent des solutions efficaces qui répondent à de réels besoins, en particulier dans le domaine de la gestion documentaire ou patrimoniale et des archives.


Logilab à l'Open Source Experience 2021

08/03/2022

Temps de lecture = 2 min (~ 300 mots)

Open Source Experience est le rendez-vous européen de la communauté Open Source qui a eu lieu le 8 et 9 novembre 2021 à Paris. Au programme, il y eut des conférences, tables rondes et sessions plénières riches en retours d’expérience et en innovations réunissant la communauté de l'Open Source et du Logiciel Libre, ainsi que les entreprises utilisatrices en recherche d’informations.

Nous y avons présenté notre travail lors des sessions Could DevOps et Full Stack Web.

FranceArchives, les archives sur une infrastructure du 21e siècle

Le site FranceArchives développé par Logilab pour le Service interministériel des Archives de France (SIAF) permet aux professionnels et aux amateurs d'explorer les archives publiques de France.

Arthur Lutz et Carine Dengler ont présenté notre dernier grand chantier en date pour ce site, à savoir, la migration vers Kubernetes, en détaillant la pile technique et en résumant notre retour d'expérience.

L'enregistrement vidéo est disponible: FranceArchives sur Kubernetes (avec l'original sur youtube).

Transformation continue des applications en production

Certains considèrent qu’une application a une durée de vie de quelques années et qu’à ce terme, l’application doit être réécrite avec les outils du moment. Nous préférons faire évoluer en continu nos applications en production et préserver l’investissement qu’elles constituent.

Nicolas Chauvat a décrit ce processus de transformation qui touche à tous les aspects des projets: la gouvernance du logiciel libre sous-jacent, l’architecture des applications, les bibliothèques et composants libres employés, le stockage des données, l’interface utilisateur, l’API externe, les langages de programmation utilisés, les méthodes de test et de déploiement, les outils de supervision, etc.

Il a terminé en présentant nos innovations en cours, qui visent à augmenter la fréquence des déploiements sans compromettre la qualité, grâce à une automatisation croissante des processus, y compris pour la modification du code source.

L'enregistrement vidéo est disponible: Transformation continue des applications (avec l'original sur youtube).

Rendez-vous à la fin de l'année 2022 pour la prochaine édition !


Typage du paquet RQL

18/02/2022

Temps de lecture = 4 min (~700 mots)

Contexte

Le projet RQL est l'implémentation d'un parser pour un langage de requête du même nom permettant d'interroger une base de données qui a été créée avec un schéma YAMS. Ce langage de requête est au coeur de CubicWeb.

Le cadriciel CubicWeb est très largement utilisé dans nos projets à Logilab, et donc nous continuons à maintenir CubicWeb et ses dépendances en le faisant évoluer suivant nos besoins. Parfois ce besoin concerne le langage d'interrogation RQL lui-même. Nous aimerions par exemple ajouter les chemins de propriétés qui existent en SPARQL (voir SPARQL property paths) ou encore la possibilité d'avoir des propriétés calculées dans les attributs de projection.

Mise en oeuvre

Pour faciliter ces évolutions, nous avons décidé de profiter des progrès récents de Python et d'enrichir la base code avec des annotations de type et de nous appuyer sur MyPy pour valider nos remaniements.

Le projet de typage de RQL a été un projet de longue haleine. Nous pensions que quelques semaines suffiraient mais il a été nécessaire d'y passer plusieurs mois pour arriver à un résultat satisfaisant. Typer l'ensemble d'un projet nécessite de comprendre son fonctionnement global, ce qui peut très vite être chronophage, surtout quand les pratiques de développement ont bien évolué.

Au lieu de s'attaquer au monolithe d'un seul coup, nous avons commencé par typer les modules séparémment les uns des autres, en ajoutant des commentaires #type: ignore aux endroits ne pouvant pas encore être typés, et sans forcémment essayer de détailler les interactions entre les différents modules. Les # type: ignore ont ensuite peu a peu disparu.

Problèmes rencontrés

Le typage aura permis de déceler des soucis de conception du projet RQL et de voir les limites du typage en Python.

Principe de Substitution de Liskov

Ce principe dit qu'une sous-classe doit pouvoir être utilisée là où une classe parente est attendue. Celui-ci n'est pas toujours respecté dans RQL. Par exemple, la méthode copy de la classe Insert ne prend pas d'argument alors que la même méthode sur la classe BaseNode en prend un. Cette différence de signature pourrait causer des problèmes dans du code client.

Le problème a été signalé par mypy:

rql/stmts.py:1283: error: Signature of "copy" incompatible with supertype "BaseNode"  [override]
rql/stmts.py:1283: note:          def copy(self, stmt: Optional[Statement] = ...) -> BaseNode
rql/stmts.py:1283: note:          def copy(self) -> Insert
Found 3 errors in 1 file (checked 1 source file)

Mixins difficilement typables

L'implémentation de l'arbre syntaxique qui a été choisie utilise beaucoup de mixins. Ces mixins ne sont pas typables de manière élégante.

Prenons par exemple le mixin OperatorExpressionMixin suivant:

class OperatorExpressionMixin:

    ...

    def is_equivalent(self: Self, other: Any) -> bool:
        if not Node.is_equivalent(self, other):
            return False
        return self.operator == other.operator

    ...

Il ne s'applique que sur des classes qui héritent de BaseNode et qui ont un attribut "operator" mais ce type ne peut pas être exprimé, car on aurait besoin de l'intersection de deux types, dont un classe, ce qui n'existe pas en Python (https://github.com/python/typing/issues/213).

En Typescript par exemple on aurait écrit:

type Self = BaseNode & {operator: string}

Covariance/Contravariance/...

Les types génériques, List par exemple, sont définis comme acceptant des paramètres de type. Lorsqu'on déclare ces paramètres de type (en utilisant TypeVar), il faut être attentif à choisir la variance appropriée, ce qui n'est pas trivial quand on vient de langages où ce n'est pas nécessaire (ni Typescript, ni C++, ni Java n'y font référence).

Conclusion

Nous avons publié une version 0.38 de RQL qui contient l'ajout des types et ne casse pas l'API utilisée. Ceci va nous aider à ajouter de nouvelles fonctionnalités et à remanier le code pour le simplifier. L'introduction du typage nous a également permis de déceler du code buggé ou jamais utilisé et de mieux documenter le code de RQL.

Merci à Patrick pour le temps qu'il a consacré à ce sujet important. Vous pouvez consulter son article de blog sur ce sujet ici


Pandas, Plotly et Jupyter : De l'analyse de données à l'application en ligne (1/3)

04/02/2022 by Simon Chabot

Temps de lecture estimé 10 minutes.

Nous proposons une série de quelques articles où nous allons utiliser la bibliothèque Pandas pour analyser les licences sportives en France. En chemin, nous réaliserons une interface utilisateur avec des widgets.

Cette série sera découpée en trois articles. Dans le premier, nous allons explorer le jeu de données à notre disposition en utilisant la bibliothèque Pandas. Dans le second, nous introduirons Jupyter et les ipywidgets qui nous permettront de faire une interface utilisateur. Nous terminerons la série en présentant Voilà ainsi que le thème jupyter-flex.

Pandas, jupyter, ipywidgets, voilà ? De quoi parle-t-on ?

  • Pandas est une bibliothèque Python très connue, qui permet d’analyser et d’étudier des jeux de données. Elle est conçue pour traiter des jeux de données tabulaires (ceux pouvant être lus par un tableur). Les données peuvent être de différents types (nombres, dates, chaînes de caractères, etc). Pandas est, comme nous le verrons, très efficace. Les fonctions coûteuses de Pandas sont généralement écrites en C, et Python est utilisé pour manipuler et appeler ces fonctions.
  • Jupyter est une plateforme, utilisable dans un navigateur web qui permet d’exécuter des calepins (notebooks). Un calepin est un fichier qui combine des cellules de différents types : du code exécutable, du texte, des visualisations, etc.
  • Les Ipywidgets sont des éléments graphiques interactifs que l’on peut ajouter à des calepins Jupyter. Ils vont nous permettre de proposer aux utilisateurs de choisir un fichier, choisir un élément dans une liste, cliquer sur un bouton, etc. Chacune des actions de l’utilisateur peut être associée à une fonction Python, et donc rendre le calepin interactif.
  • Voilà est une application qui permet d’exécuter des calepins, mais sans afficher le code source − qui est visible par défaut dans Jupyter. L’énorme intérêt à cela est qu’un calepin Jupyter devient alors une application web à part entière, utilisable dans le navigateur, et seuls les éléments indispensables à son utilisation sont visibles.

Après cette petite phase de présentation, découvrons les données que nous allons manipuler aujourd’hui.

Présentation des données

Dans cette série d’articles nous utilisons des données issues de https://data.gouv.fr. Il s’agit du nombre de licences sportives, par sexe, par catégorie d’âges, par municipalité pour les années 2012 à 2018. Les données brutes peuvent être téléchargées ici.

Nous avons réalisé une opération de nettoyage sur ces données, afin de nous assurer d’avoir une structure cohérente pour chaque année. Nous avons également remplacé les municipalités par leur département, ce qui permet d’alléger les données à manipuler. Au final, nous obtenons six fichiers csv, un par année, dont la structure est la suivante :

dep_code,dep_name,fed_code,fed_name,gender,age,lic_holders
01,Ain,101,Fédération Française d'athlétisme,F,00-04,0
01,Ain,101,Fédération Française d'athlétisme,F,05-09,75
01,Ain,101,Fédération Française d'athlétisme,F,10-14,251
01,Ain,101,Fédération Française d'athlétisme,F,15-19,130
01,Ain,101,Fédération Française d'athlétisme,F,20-29,39
01,Ain,101,Fédération Française d'athlétisme,F,30-44,105
01,Ain,101,Fédération Française d'athlétisme,F,45-59,105
01,Ain,101,Fédération Française d'athlétisme,F,60-74,23
01,Ain,101,Fédération Française d'athlétisme,F,75+,0
01,Ain,101,Fédération Française d'athlétisme,M,00-04,0
01,Ain,101,Fédération Française d'athlétisme,M,05-09,106
01,Ain,101,Fédération Française d'athlétisme,M,10-14,278
[…]
Nom de colonne Description
dep_code Code (unique) du département
dep_name Nom du département
fed_code Code (unique) de la fédération sportive
fed_name Nom de la fédération sportive
gender Genre (peut être M ou F)
age La tranche d’âge considérée (peut être 00-04, 05-09, 10-14, 15-19, 20-29, 30-44, 44-59, 60-74, 75+)
lic_holders Le nombre de licenciés dans le département, enregistrés dans cette fédération, de ce genre et de cette tranche d’âge.

Chargement de données pour une année

Pandas offre un nombre important de fonctions permettant de charger des données depuis différents formats: CSV, Excel, tableaux HTML, JSON, bases SQL, HDF5, etc. Nous allons utiliser la fonction read_csv. Cette fonction utilise les éléments de la première ligne comme noms de colonnes. Pandas essaie également de détecter les types de colonnes à utiliser (nombre, date, chaîne de caractères) en se basant sur les premiers éléments lus. Nous spécifions donc à Pandas que la colonne dep_code est de type str, pour prendre en compte les départements Corse (2A et 2B), sans quoi Pandas émettra un avertissement.

from pathlib import Path
import pandas as pd

DATA_DIR = Path().resolve() / "data"  # en supposant que les données sont dans le dossier data

d2012 = pd.read_csv(
    DATA_DIR / "sport_license_holders_2012.csv", dtype={"dep_code": str}
)

Nous obtenons alors la DataFrame suivante :

Premières analyses

À partir de là, nous pouvons commencer à étudier le jeu de données. Par exemple, en demandant le nom de chaque fédération :

>>> d2012["fed_name"].unique()
array(["Fédération Française d'athlétisme",
       "Fédération Française des sociétés d'aviron",
       'Fédération Française de badminton',
       'Fédération Française de basketball',
       'Fédération Française de boxe',
       'Fédération Française de canoë-kayak',
       'Fédération Française de cyclisme',
       "Fédération Française d'équitation",
       "Fédération Française d'escrime",
       […],
       'Fédération française de pentathlon moderne',
       'Fédération Française de javelot tir sur cible',
       'Fédération Flying Disc France', 'Fédération Française Maccabi',
       'Fédération Française de la course camarguaise',
       'Fédération Française de la course landaise',
       'Fédération Française de ballon au poing'], dtype=object)

Nous pouvons facilement compter le nombre total, toutes catégories confondues, de licenciés :

>>> d2012["lic_holders"].sum()
12356101

Une des forces de Pandas réside dans la possibilité de créer des filtres, ou des groupes simplement. Par exemple, pour compter le nombre de licenciés hommes, nous pouvons créer un masque (True si le genre est M et False sinon), puis appliquer ce masque à notre DataFrame.

>>> mask_male = d2012["gender"] == "M"
>>> d2012[mask_male]["lic_holders"].sum()
7806235

Ainsi, en 2012, il y avait 7 806 235 licenciés masculins de sport en France.

Combien y a-t-il de licenciés, en 2012, par tranche d’âge ? Pour répondre à cette question, nous utilisons la méthode groupby de Pandas, en donnant le nom de la colonne sur laquelle nous souhaitons faire le groupe :

>>> d2012.groupby("age")["lic_holders"].sum()

Cette méthode permet de constituer des groupes, selon une clé (généralement le nom d’une ou plusieurs colonnes), puis d’appliquer sur chaque groupe partageant la même clé une fonction d’agrégation. Dans notre exemple, la clé de chaque groupe est l’âge, et la fonction d’agrégation la somme sur la colonne lic_holders.

Nous pouvons effectuer le même type de calcul, mais en groupant cette fois-ci sur le genre et l’âge, ce qui donne le résultat suivant :

>>> d2012.groupby(["gender", "age"])["lic_holders"].sum()

Les deux résultats que nous venons d’obtenir sont ce qu’on appelle des Series. C’est-à-dire, des DataFrames mais constituées d’une seule colonne. On observe que les groupes sont directement constitués par l’index. Dans le cas d’un groupby() avec une seule colonne, nous avons un index simple et dans le cas où plusieurs colonnes sont utilisées, nous obtenons ce qu’on appelle un index multiple ou un index hiérarchique. Nous allons étudier cela un peu plus en profondeur dans la suite.

Créer un index sur mesure

Dans la DataFrame que nous avons chargée, de très nombreuses données sont répétées et ne sont utilisées que pour définir des groupes (dep_code, dep_name, gender, age etc). Nous allons mettre toutes ces données dans l’index de la DataFrame. Cela permet d’avoir dans l’index les données de chaque groupe, et dans la DataFrame les données desdits groupes (ici le nombre de licenciés sportifs).

Pour ce faire, nous utilisons la méthode set_index :

>>> d2012.set_index(
   ["dep_code", "dep_name", "fed_code", "fed_name", "gender", "age"], inplace=True
)
>>> d2012

Nous avons ainsi une DataFrame à une seule colonne, et avec un index à six niveaux. Nous pouvons toujours grouper par genre et par âge, en utilisant le mot-clé level, indiquant qu’il faut grouper en utilisant l’index :

>>> d2012.groupby(level=["gender", "age"]).sum()

Dans quels départements la course camarguaise est-elle pratiquée ?

La course camarguaise est un sport traditionnel dans lequel les participants tentent d'attraper des attributs primés fixés au frontal et aux cornes d'un bœuf. Pour savoir dans quels départements ce sport est le plus pratiqué, nous allons :

  1. Filtrer sur l’index pour n’avoir que les enregistrements correspondant à ce sport (le code de la fédération est 215) ;
  2. Grouper par code et nom de département, et compter le nombre de licenciés ;
  3. Afficher les groupes triés par ordre décroissant de licenciés.
>>> d2012_camarg = d2012.xs(
    215, level="fed_code"
)  # Only keep the rows with index equal to 215 at level ``fed_code``
>>> d2012_camarg_depts = d2012_camarg.groupby(
    ["dep_code", "dep_name"]
).sum()  # Group the data by department (only keep departments with non-null values)
>>> d2012_camarg_depts.sort_values(
    by="lic_holders", ascending=False
)  # Sort the data in decreasing order

Sans trop de surprise, on observe que c’est le Gard (où est la Camargue), les Bouches-du-Rhône, l’Hérault et le Vaucluse (départements qui entourent le Gard) qui ont le plus de licenciés dans ce sport.

Quels sont les sports les plus pratiqués par les femmes ?

Nous allons :

  1. Sélectionner les enregistrements correspondant à gender = 'F' ;
  2. Grouper par fédération et compter le nombre de licenciées ;
  3. Afficher les dix sports avec le plus de licenciées.
>>> d2012_females_top_10 = d2012.xs("F", level="gender")
    .groupby(["fed_code", "fed_name"])
    .sum()
    .nlargest(10, "lic_holders")
>>> d2012_females_top_10

Pandas permet également de faire des graphiques. Par défaut c’est la bibliothèque matplotlib qui est utilisée. Nous pouvons par exemple utiliser un diagramme en bâtons pour afficher le top 10 des sports pratiqués par les femmes :

>>> d2012_females_top_10.plot(
    kind="bar",
    legend=False,
    xlabel="Sport federation",
    ylabel="Number of license holders",
    color="#CC0066",
    title="Female sport license holders in 2012 (top 10)",
)

Charger les données pour toutes les années

Dans la section précédente, nous avons chargé uniquement les données de l’année 2012. Mais nous avons bien plus de données que cela. Nous allons donc charger chaque fichier, puis renommer la colonne lic_holders en fonction de l’année en cours. Nous aurons ainsi une DataFrame, avec en colonne le nombre de licenciés par année, et en index les différents groupes.

Nous allons faire une liste years_dfs qui va contenir toutes les DataFrames, une par année, puis nous allons simplement les concaténer. Cela donne donc :

>>> years_dfs = []
>>> for year in range(2012, 2019):
...    fname = f"sport_license_holders_{year}.csv"
...    yr_df = pd.read_csv(
...        DATA_DIR / fname,
...        dtype={"dep_code": str},
...        index_col=["dep_code", "dep_name", "fed_code", "fed_name", "gender", "age"],
...    )
...    yr_df.rename(columns={"lic_holders": str(year)}, inplace=True)
...    year_dfs.append(yr_df)
>>>

On concatène toutes les DataFrames, en fonction de l’index (axis=1) :

>>> data = pd.concat(years_df, axis=1)
>>> data

Nous avons ainsi une DataFrame avec plus de 1.6 million de lignes, et 7 colonnes.

On peut maintenant afficher, par exemple, les 10 sports les plus pratiqués en fonction des années :

>>> data_sport = data.groupby(level=["fed_code", "fed_name"]).sum()
>>> data_sport.nlargest(10, "2012")

Nous avons ainsi le nombre de licenciés, par fédération et par année pour les 10 plus grosses fédérations de 2012. Le tri est effectué par rapport aux données de 2012.

On notera qu’en 2018 il y a 0 licencié de Karaté. Cela est probablement une erreur dans les données, ce qui peut arriver.

Tracer l'évolution du nombre de licenciés avec Plotly

Nous pouvons maintenant suivre l’évolution du nombre de licenciés dans certaines disciplines. Nous sélectionnons les sports dont le code de fédération est 109, 115, 242, 117.

>>> sel_data_sports = data_sports.loc[
...    [109, 115, 242, 117]
... ] # Select the rows whose value at the first level of the index (``fed_code``)
... # is one of the list items
>>> # Drop the first level of the index (``fed_code``)
>>> sel_data_sports = sel_data_sports.droplevel(0)
>>> # Will be used as the title of the legend
>>> sel_data_sports.index.name = "Federations"
>>> sel_data_sports.transpose().plot(
...    title="Sport license holders", xlabel="year", ylabel="number of license holders"
...)  # Transpose to have the years as the index (will be the X axis)

Comme nous le disions, par défaut Pandas utilise la bibliothèque matplotlib pour générer les graphiques. La figure produite ici est statique, elle peut facilement être insérée dans un rapport par exemple, mais cela présente des difficultés lors de la phase d’exploration.

Depuis quelque temps maintenant, Pandas est compatible avec plusieurs bibliothèques de visualisation. Il y a notamment Plotly, qui permet de faire des graphiques interactifs utilisables dans le navigateur web.

Pour utiliser Plotly, il est nécessaire de changer la bibliothèque utilisée par défaut.

# Choose Plotly as the plotting back-end
# this has to be done only once, usually at the begining of the code
>>> pd.options.plotting.backend = "plotly"

Une fois Plotly configurée, nous pouvons retracer le graphique, comme précédemment :

>>> fig = sel_data_sports.transpose().plot(title="Sport license holders")
>>> fig.update_layout(xaxis_title="year", yaxis_title="number of license holders")
>>> fig

Dans un environnement Jupyter, la figure produite est celle-ci, et il est possible de sélectionner/désélectionner les courbes à afficher :

Quelle est la prochaine étape ?

Nous avons dans ce premier article, chargé avec Pandas des données textuelles au format CSV. Nous avons vu comment et pourquoi utiliser un index multiple. Cela nous a permis de calculer quelques statistiques simples sur des groupes d’individus. Nous avons également produit des visualisations avec matplotlib et avec Plotly.

Dans le prochain article, nous utiliserons des widgets Jupyter pour manipuler dynamiquement les données à afficher sur les graphiques.


CubicWeb dans le catalogue GouvTech

17/01/2022

Fort de ses références au sein des établissements publics et de l'administration française, notamment à la Bibliothèque nationale de France avec data.bnf.fr, aux Archives de France avec France Archives et dans plusieurs équipes de recherche en humanités numériques, le logiciel libre CubicWeb a été ajouté au catalogue GouvTech des outils numériques utilisés par les services publics.

image catagouv


SemWeb.Pro 2021 aura lieu le 9 décembre

28/10/2021

La prochaine édition de SemWeb.Pro aura lieu en ligne le jeudi 9 décembre.

image

Nous vous invitons à soumettre vos propositions de présentation en répondant à l'appel à communication avant le 5 novembre 2021.


France Archives et le Web Sémantique

01/04/2021 by Elodie Thiéblin

Chloë Fize (Service interministériel des Archives de France), Elodie Thiéblin (Logilab)

Présentation générale de FranceArchives

Qu'est-ce que c'est les archives?

Selon le code du patrimoine, les archives sont l'ensemble des documents, y compris les données, quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute personne physique ou morale, et par tout organisme public ou privé, dans l'exercice de leur activité. Ces documents sont soit conservés par leurs créateurs ou leurs successeurs pour faire la preuve d'un droit ou d'un événement, soit transmis à l'institution d'archives compétente en raison de leur valeur historique...

Elementaire non ?

Les archives sont plus simplement des documents, divers et variés !

Dans notre imaginaire, en général, les archives ne sont que de vieux papiers poussiéreux, rédigés dans des langues obscures et à première vue indéchiffrables, jalousement cachés au fond de sombres et froids placards... Et dans le pire des cas, elles sont cachées dans les sous-sols ou les greniers... Un petit peu comme ça :

Image libre de droit *Pixabay*

Mais détrompez-vous, les documents d'archives sont partout et peuvent être bien plus agréables à admirer que vous ne l'imaginez. En France, plus de 4 000 kilomètres linéaires d'archives sont conservés dans plus de 500 services d'archives nationales, régionales, départementales et municipales sans compter les services d'archives privés (entreprises, associations, etc). On regroupe les documents en fonds.\ Voici des fonds, bien proprement rangés dans leurs cartons... C'est quand même plus sympathique ?

Photographie des grands dépôts des Archives nationales, site de Paris,
magasin du Trésor des Chartes (série J) ©Chloe FIZE, 2017

Mais comment s'y retrouver ? Comment savoir que LE document que je recherche est bien dans cette boite nommée simplement par des lettres et des chiffres ? Pour cela, il faut les décrire et ensuite les communiquer à qui veut les consulter. Car la vocation première des archives, c'est que tout le monde puisse en effet les consulter... Oui, oui, y compris vous !

Ressources en ligne des archives

Les archivistes ont toujours cherché à exploiter les technologies les plus en pointe pour communiquer à tous les publics les documents qu'ils conservent : microfilms, numérisation, site web... Et de fait, depuis plus de 20 ans, les services d'archives mettent à disposition de tous des inventaires avec ou sans documents numérisés, consultables directement en ligne sur plus de 300 sites internet.

Copie d'écran du site des archives départementales des Vosges, mars
2021.

La raison? Que tout le monde puisse y avoir accès ! Eh oui, les archives c'est comme la bonne humeur, ça se commmunique, et par tous les moyens ! :sunny:

C'est là toute la vocation du portail FranceArchives :

  • Permettre aux chercheurs, étudiants, curieux, amateurs de généalogie ou qui que vous soyez, de repérer les ressources de nombreux services d'archives publics et privés pour, dans un second temps, les consulter sur les sites web ou dans les salles de lecture de ces services.

  • Valoriser les fonds et services d'archives des quatre coins de la France.

  • Mettre à disposition des ressources archivistiques professionnelles ou des textes de loi.

Comment y accéder?

L'accès et la recherche sur le portail sont construits pour être les plus intuitifs possible et pour mener le chercheur, amateur ou expert à trouver son bonheur dans cette caverne aux merveilles... Suivez le guide !

FranceArchives

FranceArchives : qu'est-ce que c'est ?

Le portail est porté par le Ministère de la Culture et a été mis en ligne au mois de mars 2017. Il est géré et maintenu par le service interministériel des archives de France (SIAF).

FranceArchives en chiffres :\ Au mois de mars 2021, la 105ème convention d\'adhésion au portail FranceArchives a été signée. Vous pouvez donc consulter les fonds de 2 ministères, 4 services à compétences nationales (Archives nationales, Archives nationales du monde du travail, Archives nationales d\'Outre-Mer et la Médiathèque de l\'architecture et du patrimoine), 63 archives départementals, 19 archives municipales, 13 établissements publics, 4 associations ou entreprises.

Plus de 57 000 instruments de recherche sont consultables et réutilisables. Ils contiennent près de 13 000 000 de descriptions.

FranceArchives : comment ça fonctionne ?

Effectuer une requête simple

Tout en s'aidant de l'autocomplétion

Et enfin affiner sa recherche grâce aux facettes

Les archives et leurs métadonnées

Vous avez réussi à trouver votre bonheur ? Parfait ! Mais vous n'avez pas trouvé de documents d'archives numérisés ? C'est normal, seulement 5% des archives conservées en France sont numérisées. Le reste est accessible en ligne uniquement grâce aux descriptions ou métadonnées et doit être consulté dans les salles de lecture des services qui les conservent.

Le document d'archives numérisé est une photographie du document. Sur FranceArchives, vous pourrez trouver certains documents numérisés, à l'image du célèbre exemple qui suit :

*Lettre cryptée échangée entre la reine Marie-Antoinette et le comte
Axel de Fersen,\
datée du 28 juin 1791 - AN440AP/1, dossier 1, pièce 6, page 1*.

Mais vous ne trouverez la plupart du temps que des métadonnées, à savoir le contenu de la lettre, son auteur, son destinataire, sa date, des remarques sur sa forme et/ou son fond. C'est là qu'est la différence entre un document numérisé et une métadonnée numérique.

Vous voulez un exemple? Très bien, les métadonnées numériques c'est... ça :

Avouez que ça vous fait rêver ! Eh bien cette belle lettre que vous avez vu précédemment peut être transformée en données et donc ressembler à... ces lignes en couleurs et comportant plein d'informations pouvant paraitre incompréhensibles. N'ayez pas peur on va tout vous expliquer.

Mais alors d'où viennent les métadonnées et à quoi ressemblent-elles?

Les services d'archives décrivent leurs fonds dans des instruments de recherche. Ce sont ces instruments qui sont mis en ligne sur FranceArchives et consultables par tout un chacun. Ils ne donnent pas accès au document numérisé, comme nous l'évoquions plus haut, mais à sa description. Ces éléments permettent de décrire avec précision les documents que l'on va retrouver dans le fonds et donc de répondre à vos multiples questionnements sans sortir le document de son joli carton de protection. Quand vous consultez une notice sur le portail, il vous est ensuite possible d'accèder directement au site web du service qui conserve le document décrit grâce au bouton Accéder au site.

Alors où sont passées les données que nous avons vu plus haut ? Elles sont là, partout, juste sous vos yeux. Vous les voyez ? Regardez...

Voici ce que vous voyez lorsque vous requêtez FranceArchives:

Voici ce que nous traitons :

Les métadonnées sont bien là. Cet intermédiaire invisible pour l'utilisateur permet de mettre en forme de façon lisible les informations.

Mais alors comment êtes-vous parvenu jusqu'à ce résultat ? Comment, parmi les milliers de résultats, les seuls qui vous ont été proposés ont-ils été choisis ?

Vous avez vu les nombreux liens cliquables en bleu et soulignés que vous trouvez un peu partout... Ce souvent des noms de lieux, de personnes ou des thèmes, eh bien tous ces termes sont des autorités qui sont extraites des instruments de recherche pour être groupées avec leurs semblables et alignées sur de plus gros portails de données tels que Data.BnF ou Wikidata.

Quelle en est l'utilité ?

L'identification de ces ressources permet de lever l'ambiguïté sur un nom : être sûr qu'on parle bien de la même personne ; ou relier plusieurs noms à une même ressource.

Prenons un exemple : "Paris" c'est à la fois le nom de la capitale française, d'un genre de plante et d'une figure mythologique : 3 ressources différentes (donc 3 URI) portent le même nom. Paris a beau être une ville fleurie et mythique, il est tout de même important de pouvoir différencier tous ces éléments lors d'une requête.

Mais certains éléments peuvent présenter un cas inverse : l'autrice Dominique Aury est également connue sous plusieurs pseudonymes très différents les uns des autres : Anne Cécile Desclos et Pauline Réage. Ici il y a donc une seule ressource (1 URI) qui porte ces 3 noms. Pour que vous trouviez toujours le même résultat, ces 3 noms doivent être tous rattachés à la même personne et ne pas figurer comme étant 3 éléments différents et distincts.

Cette différentiation ou ce regroupement est réalisé grace à l'URL (vous savez les liens incompréhensibles écrits dans votre barre de navigation...Eh bien en réalité ils ont un sens !)\ L'utilisation d'URL pour identifier les ressources est la base du Web sémantique (ou Web de données).

--> https://www.wikidata.org/wiki/Q90 (Capitale de France)\ --> https://www.wikidata.org/wiki/Q162121 (Genre de Plante)\ --> https://www.wikidata.org/wiki/Q167646 (Figure mythologique)

3 "liens" différents, pour 3 thèmes complètement différents, mais qui sont tous requêtables avec le même mot.

Le Web sémantique

Le Web sémantique a été inventé par Tim Berners-Lee, le fondateur du Web. Son idée est d'utiliser les technologies du Web pour y faire transiter non seulement des documents (pages Web, comme c'est le cas aujourd'hui) mais aussi des données.

Comme dans le Web que nous connaissons tous, le protocole HTTP visible dans l'URL (on vous avait dit que ça avait un sens!) est utilisé pour faire voyager les données. Les ressources quant à elles sont identifiées par des URL (Uniform Resource Location) appelées aussi URI pour mettre l'accent sur le côté identification (Uniform Resource Identifier).

Alors, cela étant dit, qu'est-ce que cela implique concrètement ? Nous y venons.

Pourquoi "sémantique" ?

Le Web sémantique, aussi appelé Web de données, porte ce nom car il permet aux machines de "comprendre" le contenu du Web (sémantique \<--> sens).

Dans le Web de documents, nous (les humains) voyons et comprenons les informations suivantes :

en HTML

<h1>Les berlingots Eysséric</h1>

<p>La fabrique Eysséric produit des berlingots dans le
<a href="https://www.vaucluse.fr/">Vaucluse</a>.
</p>

l'ordinateur, lui, comprend :

<h1>??? ??????????</h1>

<p>?? ???????? ???????? ??????? ??? ?????????? ???? ??
<a href="https://www.vaucluse.fr/">????????</a>.
</p>

Nous aimerions qu'il puisse comprendre:

Nom Produit Localisation


Fabrique Eysséric berlingots Vaucluse

Nous souhaiterions que l'ordinateur comprenne les relations entre les éléments et la nature de ces éléments, comme nous en somme.

Pour cela, les données transmises doivent être structurées et identifiées (nous l'avons vu plus haut, grâce aux URI).

Données structurées

Le W3C (World Wide Web Consortium) définit des standards pour le Web (encore un morceau de votre barre de navigation décrypté !).

Pour représenter les données dans le Web sémantique, on utilise ces standards et le Resource Description Format (RDF). Ce dernier consiste à représenter les données sous forme de triplets utilisant des URI, comme des phrases très simples : sujet - prédicat (verbe) - objet.

Les données structurées de notre exemple deviennent alors :

https://monUrl.fr/FabriqueEysseric https://monUrl.fr/produit https://monUrl.fr/Berlingot.

https://monUrl.fr/FabriqueEysseric https://monUrl.fr/localisation https://monUrl.fr/Vaucluse.

Et parce qu'on sait bien qu'un joli dessin vaut mille mots, on peut aussi représenter les triplets bout à bout sous forme de graphe.

En récupérant les données relatives aux autres ressources du Web, on peut étendre le graphe de données, tant qu'il y a des données.\ À l'instar du Web de documents où les documents sont interconnectés grâce aux liens hypertexte, les ressources sont reliées les unes aux autres dans le Web de données.

Pourquoi utiliser le Web sémantique dans FranceArchives ?

Besoin FranceArchives Réponse Web sémantique


Désambiguïser les autorités Utilisations d'URI comme identifiants Données accessibles Protocole HTTP Référencement par moteurs généralistes Contribution au google graph Alignements référentiels nationaux Ontologies, alignements Enrichissement des données propres à FA Geonames, data.bnf, wikidata Limiter la responsabilité de maintenance des données Décentralisation

Parmi les besoins de FranceArchives, nous avons déjà vu que l'utilisation d'URL comme identifiants (ce qui en fait des URI) répond au problème de désambiguïsation des autorités.

De même, le protocole HTTP, base du Web, permet de rendre les données disponibles sur le Web sans application tierce.

Maintenant que nous avons tous ces éléments, il ne reste plus qu'à chercher !

Référencement par les moteurs de recherche généralistes

Certains moteurs de recherche (dont le plus connu de tous) se mettent au RDF !

Ils utilisent des données en RDF insérées dans le code d'une page Web pour mieux comprendre de quel sujet elle traite.

Grâce à cette compréhension, ils peuvent afficher certains résultats sous des formes personnalisées... Exemple !

Le moteur de recherche utilise les triplets RDF pour afficher les recettes de pâte à crêpes sous forme de petites cartes :\

Ainsi, vous n'avez même pas besoin de chercher LA meilleure recette de pâte à crêpes, votre ami le moteur de recherche l'a fait pour vous. Et comme il sait que vous n'aimez pas perdre votre temps et que vous aimez quand même bien quand il y a de jolies images qui vous mettent l'eau à la bouche, il vous propose de ne pas utiliser la molette de votre souris et de cliquer directement sur la carte que vous préférez.

Alignement vers des référentiels

Il y a plusieurs avantages à lier les données que nous publions sur le Web de données à des référentiels nationaux (ou internationaux).

Ontologie de référence

Une ontologie (ou un vocabulaire) est un ensemble d'URI que l'on va utiliser pour représenter les prédicats (ou flèches en version graphe) du RDF. L'ontologie définit les types de ressources présentes dans les données et les relations qui peuvent exister entre elles.

C'est un peu le schéma d'une base de données relationnelle ou la liste des noms de colonnes d'un tableur.

Si on compare les données au langage, l'ontologie serait la grammaire ainsi qu'une partie du vocabulaire.

Le fait d'utiliser des ontologies standards dans ces données RDF permet de se "brancher" plus facilement avec d'autres graphes de données.

Sources de données de référence

En liant ses données à d'autres bases de données sur le Web, FranceArchives y trouve plusieurs avantages.

Tout d'abord, cela lui permet d'enrichir ses propres données.\ En effet, un document d'archives implique toujours des lieux et/ou des personnes. On tente de normaliser les pratiques de nommage de ces entités (dans quel sens on met quelle information) afin d'aider davantage au liage des données : Charles, de Gaulle (1890-1970) ou de Gaulle, Charles ou Général de Gaulle (Charles, 1890-1970). De même pour les noms de lieux : Sumène, Sumène (Gard - 30), Sumène (Gard), etc.

Dans les notices, seuls figurent généralement le nom du lieu (avec son département) et le nom de la personne. En liant les données de FranceArchives à d'autres bases, on peut ainsi étendre le graphe de données et enrichir les informations que nous avions au départ. Comme nous l'avons vu, plus il y a de mentions permettant de désambiguiser un terme (à placer au Scrabble), meilleure sera la qualité de la donnée et donc plus performant sera le schéma RDF et au final les résultats de recherche.

Ce schéma montre l'exemple de la notice Sur la plage de Saint-Vincent-sur-Jard... dont la description RDF peut être obtenue en ajoutant à l'url le suffixe /rdf.xml ou /rdf.ttl.

Cette notice parle notamment de Georges Clemenceau et de la commune de Saint-Vincent-Sur-Jard. Initialement, il y avait peu d'informations sur ces deux ressources. En liant Saint-Vincent-sur-Jard à son pendant dans Geonames, une base de données regroupant des lieux, nous avons pu enrichir les données en récupérant notamment le code postal et la population. De la même manière, en liant Georges Clemenceau à son pendant dans DataBnF, nous avons pu enrichir les données en récupérant notamment sa date de naissance et quelques éléments biographiques notables.

Le second avantage qu'apporte l'alignement (c'est-à-dire le fait de lier sa base avec une autre) est de limiter la maintenance des données : moins on les manipule, mieux elles se portent.

FranceArchives peut profiter d'informations libres et ouvertes sur les personnes, les thèmes, les lieux pour valoriser ses données tout en se concentrant sur la publication et la maintenance des données d'archives uniquement.

data.bnf

Le projet data.bnf a pour but de rendre les données de la BnF utiles et exploitables sur le web. Elles permettent notamment de rassembler des informations sur les ressources conservées au sein de la BnF : documents, ouvrages, auteurs, thèmes, etc. Les pages sont indexées par les moteurs de recherche : les données disponibles et requêtables sont souvent invisibles lors d'une recherche classique car [enfouies dans les données et métadonnées]{.underline} des ressources BnF.

Sur FranceArchives, ces liens permettent d'ajouter des informations sur un sujet donné.

Wikidata

Wikidata est une base open source, gratuite, collaborative et qui, de la même manière que DataBnF, met à disposition des [données compréhensibles aussi bien par les humains que par les machines]{.underline}. Cette base de données aide Wikipédia en facilitant la maintenance des fameuses boites d'informations que nous consultons tous dès que nous cherchons des informations sur la célébre encyclopédie.

De la même manière que la précédente, les renvois vers Wikidata ajoutent une plus-value aux données consultables sur FranceArchives.

height="350"}

Geonames

Geonames est une base de données libres et ouvertes sur les données géographiques.

DataCulture

DataCulture : le Ministère de la Culture publie un référentiels de sujets classés hiérarchiquement (en thésaurus). Les thèmes de FranceArchives sont alignés sur les ressources de DataCulture.

Axes futurs d'amélioration

FranceArchives utilise déjà des technologies du Web sémantique. Pour aller plus loin, les chantiers suivants sont envisagés.

Interrogation en SPARQL : SPARQL (oui il faut le lire comme un mot prononcé SparKeul et ne pas le jouer au scrabble celui-là sauf si on joue en anglais, car ça fait un jeu de mot pétillant avec to sparkle) est le langage d'interrogation du RDF. Rendre possible l'interrogation des données produites dans ce langage permet aux utilisateurs et utilisatrices de rechercher très précisément les informations voulues.

Utilisation de l'ontologie RiC-O : cette ontologie (Records in Contexts - Ontology) est développée et maintenue par le Conseil International des Archives. Elle est en passe de devenir un standard pour le monde archivistique. L'utiliser pour décrire les données de FranceArchives permettra de se brancher plus facilement aux données d'autres services d'archives qui en font aussi usage.

I have a dream...

... that one day tout le monde pourra rechercher simplement et trouvera du premier coup toutes les informations désirées !

Dans le monde numérique, ce qui est bien c'est qu'on peut rêver, et rêver grand ! Alors que diriez-vous de pouvoir faire une requête telle que : Je cherche les archives concernant le village de naissance du général de Gaulle et la période 1945-1962 et que le moteur de recherche vous remonte directement les documents qui traitent exactement de ce dont vous, humain, vous parlez ? Imaginez un monde où l'on pourrait interroger les bases de données en langage naturel.

Nous pouvons conclure cet article rédigé à l'occasion des Journées du Logiciel Libre 2021, sur le thème des Utopies concrètes et accessibles par cette proposition d'amélioration : un accès unique à toutes les données du web, requêtables en langage naturel et sans bruit documentaire... Un International Knowledge Portal !


Résumé de la conférence ISWC 2020

20/01/2021 by Elodie Thiéblin

Elodie Thiéblin, développeuse chez Logilab et spécialiste du Web sémantique

Du 3 au 6 novembre, j'ai participé à la conférence ISWC (International Semantic Web Conference), qui est une des références internationales dans le domaine du Web Sémantique. On y parle des problématiques du web de données liées et de réprésentation des connaissances. Je partage ici mes notes sur les sujets qui m'ont le plus marquée.

Débriefing général de la conférence

Cette année, il y a eu de nombreux articles consacrés à SHACL (Shape Constraint Language).

L'idée de remettre l'utilisateur des données et technologies du Web sémantique au centre des innovations à venir a été répétée à plusieurs reprises.

L'intervention de Miriam Fernandez sur la diversité des données était enrichissante. Elle invite les producteurs de données à se poser la question du biais de leurs données et de la représentation du monde qu'elles renferment.

Des données biaisées peuvent provoquer de désastreux effets sociaux.

Elle cite notamment cet article qui présente les résultats d'une étude comparant les blessures des femmes et des hommes avec une ceinture de sécurité lors d'accidents de la route entre 1998 et 2008. La différence de 47% entre les deux sexes serait imputable aux mannequins de test de l'industrie automobile dimensionnés sur des hommes.

Résumé de présentations

Deux papiers ont retenu mon attention pour faciliter l'utilisation des technologies du Web sémantique par les développeuses et les développeurs Web.

ON2TS: Typescript generation from OWL ontologies and SHACL

ON2TS est un prototype permettant de générer des classes et interfaces TypeScript à partir d'ontologies OWL et de règles en SHACL. Les développeurs peuvent donc utiliser directement les classes et interfaces générées pour valider la structure et la forme de leurs données lors de l'exécution.

Ce prototype utilise la bibliothèque @ldflex/comunica, le moteur de requêtes pour langage LDflex, qui est décrit ci-dessous.

Pour plus de détails, lisez l'article.

LDflex: a Read/Write Linked Data Abstraction for Front-End Web Developers

LDflex est un langage dédié qui fait apparaîtr les données liées du Web comme des structures de données en JavaScript. La vidéo de la présentation est en ligne et il est possible d'expérimentation dans un bac à sable.

Selon Ruben Verborgh, une des grandes différences entre les applications Web et le Web sémantique est la "prédicabilité" : la structure et l'emplacement des données sont prédéfinis dans une application Web (souvent choisie par les développeurs de ladite application), tandis que dans le cas du Web sémantique, les ontologies sont hétérogènes et les données sont distribuées.

Le but de LDflex est de simplifier la gestion des différents formats et modes d'interrogation des serveurs de Web de données liées: des données en RDF peuvent être récupérées depuis le Web puis interrogées localement en SPARQL.

Avec LDflex il est possible de manipuler une structure de données locale, qui est mise en correspondance avec les données RDF d'origine au moyen d'un contexte. Par exemple, le contexte suivant permet d'écrire user.friends pour récupérer les individus ayant un lien foaf:knows vers user.

 "@context": {
    "@vocab": "http://xmlns.com/foaf/0.1/",
    "friends": "knows",
    "label": "http://www.w3.org/2000/01/rdf-schema#label",
  }

Si le modèle évolue, il peut suffire de modifier le contexte pour adapter l'application, ce qui en simplifie la maintenance.

LDflex semble donc à première vue une bonne alternative à rdflib.js. Comme cette dernière, elle dépend toutefois des bibliothèques d'authentification Solid qui prennent une taille non négligeable (~500ko) dans le bundle final.

La bibliothèque ldflex inclut le langage LDflex et doit être accompagnée de @ldflex/comunica, son moteur de requêtes sur le Web.

Un rapide test sur logilab.fr (avec l'extension CORS Everywhere activée) a suffit à montrer qu'on peut utiliser LDflex pour interroger les instances de Cubicweb en version 3.28

Autres tests et remarques : - Test sur http://dbpedia.org/resource/ParisMixed Blocked depuis le bac à sable en HTTPS - Test sur https://aims.fao.org/aos/agrovoc/c_30969301 Moved Temporarily mais pas de requête sur l'URL cible (en HTTP) - Test sur https://www.wikidata.org/entity/Q535 → redirection à travers les différentes URL pour obtenir le RDF est gérée et fonctionne → requêtage en SPARQL ne fonctionne pas car l'entité est décrite en HTTP et non HTTPS dans le RDF

Il sera intéressant de suivre l'évolution de ce projet pour répondre aux questions suivantes:

  • Comment gérer plusieurs contextes simultanément (récupérer foaf:name et schema:name à la fois par exemple) ?
  • Comment contourner le problème des requêtes Mixed Blocked en gardant les données distribuées sur le Web ?

Conclusion

Cette expérience a été très enrichissante, comme chaque année. Je suis contente qu'il y ait de plus en plus d'initiatives pour rendre le Web sémantique agréable et accessible aux développeuses et aux développeurs Web. Cela va peut-être encourager la valorisation des entrepôts de données liées dans des applications en production.

Un des sujets resté sans réponse est la gestion des configurations des serveurs sur le Web de données liées pour notamment la gestion des erreurs CORS, Mixed Blocked, etc.

Rendez-vous l'année prochaine pour vérifier ces hypothèses.


AssignBot facilite la relecture de code

13/01/2021

A Logilab, dans un esprit d\'amélioration continue, nous consacrons du temps à développer des projets qui facilitent notre travail au quotidien. Dernièrement le projet AssignBot a été développé par Simon Chabot. Afin d\'en savoir plus sur sa création nous lui avons posé quelques questions :

  • Bonjour Simon, peux-tu tout d\'abord te présenter en quelques mots ?

En quelques mots : j'ai étudié l'informatique à l'Université de Technologie de Compiègne, puis je suis allé à Nice, entre autre, faire une thèse sur la simulation numérique des séismes, avant de rejoindre Logilab fin 2018.

  • Peux-tu nous expliquer ce qu\'est AssignBot et à quel besoin il répond ?

Lorsqu'on écrit du code, une des bonnes pratiques (peut être l'une des plus importante ?), est la relecture par les pairs. L'objectif de la relecture est d'améliorer la qualité du code produit, de favoriser la collaboration et de faire en sorte que les connaissances soient partagées.

À Logilab, nous avons plusieurs centaines de projets dans notre forge. Certains sont des logiciels écrits spécifiquement pour nos clients, généralement avec une équipe dédiée, et d'autres sont « communs ». Il peut s\'agir de briques de base utiles à différents projets, d\'outils internes (intranet, des tableaux de bords), ou de logiciels libres développés avec des tiers (comme CubicWeb et ses nombreux cubes).

AssignBot est un petit robot dont la mission est d'organiser cette relecture, notamment pour nos projets « communs ». Lorsqu'une personne propose un changement elle envoie sur notre forge une merge request. AssignBot va alors choisir une personne volontaire pour s'occuper de cette merge request. Je dis "volontaire", parce qu\'un des objectifs d'AssignBot est de laisser aux relecteurs la possibilité de régler le nombre de relectures qu'ils veulent bien faire par jour / semaine, afin de permettre aux personnes qui le souhaitent de participer, même si leur emploi du temps est chargé.

  • N\'existait-il pas des solutions équivalentes que tu aurais pu utiliser ?

Pour être honnête, je n'ai pas vraiment cherché avant d\'écrire AssignBot. Suite à diverses discussions avec des collègues, nous sommes arrivés à la conclusion que ce petit outil pourrait nous aider, et... je trouvais ça rigolo. Un soir, ça m'a démangé et AssignBot est né. Dans l'histoire de Logilab, un tel logiciel a déjà existé, mais il a été petit à petit abandonné car il était trop rigide je crois.

  • Avec quelle(s) technologie(s) l\'as-tu fait et pourquoi celle(s)-ci ?

AssignBot est écrit en Python. C'est le langage qui accompagne Logilab depuis ses débuts et qui est connu par toute l'équipe. Pour trouver les nouvelles merge requests, AssignBot utilise la bibliothèque Python gitlab, qui permet d'interagir avec notre forge, basée sur Heptapod (un fork de Gitlab qui permet de gérer des entrepôts Mercurial). Le code est en réalité très court grâce à cette bibliothèque. Il suffit simplement de demander les merge requests non-assignées, et de choisir une personne dans la liste en fonction des préférences qu'elle a définies (en terme de nombre de relectures par jour/semaine).

AssignBot utilise également un petit fichier d'historique, pour pouvoir respecter ces préférences. Ce fichier est quand à lui placé sur notre serveur de stockage S3.

  • Est-il actuellement utilisé ? As-tu eu des retours des personnes utilisatrices ?

AssignBot est utilisé aujourd'hui par une dizaine de personnes à Logilab (j'espère d'ailleurs que cet article permettra d'augmenter ce nombre :smile:)

Oui, j'ai eu quelques retours. Principalement positifs, les merge requests restent moins longtemps en attente dans un coin sur la forge, car il y a une personne qui est en charge de sa publication. AssignBot ne connait pas les domaines avec lesquels les gens ont plus ou moins d'affinité. Donc il arrive des fois que l'on se retrouve assigné une merge request qui est assez loin de ce qu'on maîtrise. Ce qui a été un peu déroutant au début. Mais je pense qu'il faut voir cela du bon côté, ça permet de découvrir de nouvelles choses, d'être informé de ce qui est fait par l'équipe. Et il faut voir la mission comme « je dois faire en sorte que ce travail avance » et non pas comme « je dois relire et trouver les erreurs potentielles de ce code », ça peut donc vouloir dire, aller voir un·e collègue et poser des questions, ou demander si quelqu'un veut bien jeter un œil en parallèle. Voilà... en fait l'objectif d'AssignBot, pour revenir à la question du début, c'est ça : « faire en sorte que les choses avancent ».

  • AssignBot est-il publié sous licence libre ? Est-il utilisable dans un autre contexte que Logilab ?

Oui, tout à fait, AssignBot est libre, publié sous licence LGPL. Le code-source est disponible sur notre forge: https://forge.extranet.logilab.fr/open-source/assignbot et un paquet python est disponible sur pipy: https://pypi.org/project/assignbot/.

AssignBot est utilisable − normalement :) − sur toutes les forges Heptapod ou Gitlab, à partir du moment où un service d'intégration continue est disponible et qu'un compte applicatif pour AssignBot a été crée.

  • Quelles sont les perspectives d\'évolution de cet outil (s\'il y en a) ?

Il y a deux évolutions possibles qui me viennent en tête.

La première serait d'avoir une fonctionnalité pour publier automatiquement les merge requests qui ont été validées depuis un certain temps. Il est courant dans nos pratiques à Logilab, de mettre un tag « To Publish » ou simplement d'approuver une merge request pour que l'auteur publie ensuite. Dès fois, ça nous sort de la tête, on a oublié qu'il y avait du code à publier. AssignBot pourrait peut être s'en charger, en disant « si les tests passent et que quelqu'un a approuvé il y a plus de XXX jours alors je publie », ce qui est aligné avec l'objectif « faire en sorte que les choses avancent ».

L'autre idée est qu'actuellement AssignBot sauvegarde un historique sur un serveur S3. Donc il est nécessaire d'avoir un tel serveur pour utiliser AssignBot. Une évolution sans doute intéressante serait d'utiliser tout simplement un artifact Gitlab. Ça permettrait de supprimer cette dépendance et d'avoir un robot "tout en un".


Négociation de contenu dans CubicWeb

30/09/2020 by Elodie Thiéblin

CubicWeb est un cadriciel libre de gestion de données sur le Web développé et maintenu par Logilab depuis 15 ans. Il est utilisé depuis 2010 dans des applications d'envergure telles que DataBnF ou FranceArchives. Basé sur les principes du web sémantique depuis sa création, il adopte à son rythme les standards du W3C pour faciliter la publication de données sur le Web de données liées (LOD).

CubicWeb vient de franchir une nouvelle étape avec la version 3.28 sortie le 24 juin 2020, qui met à disposition la négociation de contenu HTML / RDF.

Cette fonctionnalité a fait l'objet d'un article scientifique et d'une démonstration lors de la conférence d'Ingénierie de Connaissance de la Plateforme Française d'Intelligence Artificielle.

Nous allons maintenant présenter CubicWeb, les principes de la négociation de contenu en général, les choix faits pour la mettre en oeuvre dans CubicWeb et comment personnaliser le RDF généré.

Présentation de CubicWeb

CubicWeb fonctionne par composants, appelés cubes, qui peuvent être combinés pour créer une application (qui est elle-même un cube réutilisable). Un cube est composé:

  1. 1- d'un schéma (ou modèle données) exprimé en YAMS, un langage qui permet d'exprimer un modèle entité-association et les permissions associées en python ;

  2. 2- d'une logique applicative ;

  3. 3- de vues (interfaces graphiques ou fonctions d'export de données).

Lorsqu'une application est "instanciée", le schéma YAMS est compilé en un schéma SQL et une base de données Postgresql est initialisée pour stocker le modèle et les données de l'application.

Schéma YAMS du cube Blog

La logique de l'application, écrite en Python, interagit avec la base de données par le biais du schéma YAMS et du langage de requête RQL. Il n'y a donc pas besoin d'écrire des requêtes SQL et de se préoccuper du schéma physique de la base relationnelle sous-jacente.

L'introduction d'une séparation nette entre l'obtention des données via une requête RQL et leur mise en forme par une vue permet d'offrir à l'utilisateur une grande liberté dans son exploration de la base.

S'il n'y a pas de vue personnalisée prévue pour une entité du modèle YAMS, une vue est générée automatiquement, ce qui assure que toutes les données sont visibles et manipulables, ne serait-ce qu'au travers d'une interface minimale qui permet aux utilisateurs autorisés d'ajouter, éditer et supprimer les entités de l'application.

Dans cette architecture, offrir une représentation RDF d'une ressource/entité consiste à définir une vue spécifique, qui traduira dans le vocabulaire RDF choisi les entités définies par le modèle YAMS.

Présentation de la négociation de contenu

La négociation de contenu permet d'obtenir plusieurs représentations d'une même ressource à partir d'une même URL1.

Une personne visitant la ressource http://cubicweb.example.com/person/123 avec son navigateur souhaite généralement obtenir la version HTML pour la lire. Dans le Web de données, un robot ou un programme sera plus intéressé par la représentation RDF de cette ressource pour en traiter les données.

Schéma d'un serveur retournant pour la même URL http://cubicweb.example.com/person/123 soit la représentation RDF à un robot, soit la représentation HTML à un humain.

La même ressource abstraite est donc mise à disposition par le serveur sous deux représentations distinctes : le RDF et le HTML. Le mécanisme de négociation de contenu permet de servir ces représentations depuis la même URL, qui pourra ainsi être partagée entre ces deux mondes : humain et robot.

Implémentation de la négociation de contenu

La négociation de contenu passe par les différents en-têtes Accept* d'une requête HTTP. Elle peut concerner la langue avec Accept-Language, le jeu de caractères avec Accept-Charset, l'encodage avec Accept-Encoding ou encore le format avec Accept.

C'est l'en-tête Accept qui est utilisée par le client pour spécifier qu'il souhaite la représentation RDF d'une ressource dans un format donné, en utilisant l'un des types MIME suivants :

  • · application/rdf+xml

  • · text/turtle

  • · text/n3

  • · application/n-quads

  • · application/n-triples

  • · application/trig

  • · application/ld+json

Lorsqu'une requête est envoyée au serveur avec l'en-tête Accept et un type MIME de la liste ci-dessus, le serveur peut répondre de plusieurs façons.

Il peut indiquer au client, via une redirection intermédiaire (303 See Other), l'URL où se trouve la ressource dans la bonne représentation. C'est le choix fait par Virtuoso.

Négociation de contenu avec réponse 303 See Other

Il peut également répondre en envoyant directement la description RDF dans le format correspondant au type MIME de la requête.

Négociation de contenu directe

C'est le choix que nous avons fait dans CubicWeb, pour éviter une seconde requête et gagner en efficacité.

Description RDF des entités CubicWeb

Dans la version 3.28, CubicWeb fournit une représentation en RDF par défaut de ses entités, qui contient deux «types» de triplets :

  • · ceux qui décrivent les relations et attributs du schéma YAMS. Ils utilisent le préfixe http://ns.cubicweb.org/cubicweb/0.0/, abrégé en cubicweb.

  • · ceux qui décrivent des relations Dublin Core.

Par exemple, si vous avez une instance qui héberge des articles de blog (CustomBlogEntry), vous pourrez exécuter :

curl -iH "Accept: text/turtle" http://cubicweb.example.com/customblogentry/2872

qui retournera :

@prefix cubicweb: <http://ns.cubicweb.org/cubicweb/0.0/> .
@prefix rdf: <http://www.w3.org/1999/02/22-rdf-syntax-ns#> .
@prefix xsd: <http://www.w3.org/2001/XMLSchema#> .
@prefix dc: <http://purl.org/dc/elements/1.1/> .

# triplets Cubicweb (générés par cw_triples())
<http://cubicweb.example.com/902> cubicweb:wf_info_for <http://cubicweb.example.com/901> .

<http://cubicweb.example.com/901> a cubicweb:CustomBlogEntry ;
    cubicweb:content "Ceci est le contenu de mon billet de blog" ;
    cubicweb:content_format "text/plain" ;
    cubicweb:creation_date "2020-07-09T07:59:09.339052+00:00"^^xsd:dateTime ;
    cubicweb:entry_of <http://cubicweb.example.com/900> ;
    cubicweb:modification_date "2020-07-09T07:59:29.300045+00:00"^^xsd:dateTime ;
    cubicweb:title "Mon billet de blog" .

# triplets Dublin Core (généré par dc_triples())
    dc:language "en" ;
    dc:title "Mon billet de blog" ;
    dc:type "Blog entry" .

Personnaliser le RDF généré

Pour personnaliser la représentation RDF d'un type d'entité, il faut créer une classe héritant de EntityRDFAdapter, puis redéfinir sa méthode triples qui doit, comme son nom l'indique, renvoyer un ensemble de triplets. Les triplets sont formés avec rdflib.

Par défaut, la méthode triples appelle les méthodes cw_triples et dc_triples de EntityRDFAdapter pour récupérer respectivement les triplets CubicWeb et les triplets Dublin Core. Ces méthodes peuvent être surchargées si nécessaire.

Le code ci-dessous montre un exemple d'adaptateur RDF pour la classe BlogEntry. La fonction _use_namespace permet de relier un préfixe à son namespace dans le graphe RDF généré, en l'ajoutant au dictionnaire NAMESPACES du module cubicweb.rdf.

from rdflib import URIRef, Namespace
from cubicweb.entities.adapters import EntityRDFAdapter
from cubicweb.rdf import NAMESPACES

NAMESPACES["sioct"] = Namespace("http://rdfs.org/sioc/types#")

class BlogEntryRDFAdapter(EntityRDFAdapter):
    __select__ = is_instance("BlogEntry")

    def triples(self):
        SIOCT = self._use_namespace("sioct")
        RDF = self._use_namespace("rdf")
        yield (URIRef(self.uri), RDF.type, SIOCT.BlogPost)

Exemple de triplets personnalisés

Dans la version 1.14.0 du cube blog sortie le 24 juin 2020, l'ontologie SIOC (Semantically-Interlinked Online Communities) a été utilisée pour décrire les entités relatives aux blogs.

Voici le résultat obtenu pour un billet de blog :

curl -iH "Accept: text/turtle" https://www.logilab.fr/blogentry/2872

qui renverra:

@prefix dcterms: <http://purl.org/dc/terms/> .
@prefix rdf: <http://www.w3.org/1999/02/22-rdf-syntax-ns#> .
@prefix rdfs: <http://www.w3.org/2000/01/rdf-schema#> .
@prefix sioc: <http://rdfs.org/sioc/ns#> .
@prefix sioct: <http://rdfs.org/sioc/types#> .
@prefix xml: <http://www.w3.org/XML/1998/namespace> .
@prefix xsd: <http://www.w3.org/2001/XMLSchema#> .

<http://www.logilab.fr/2872> a sioct:BlogPost ;
    dcterms:date "2019-06-28T15:28:31.852530+00:00"^^xsd:dateTime ;
    dcterms:format "text/markdown" ;
    dcterms:modified "2020-06-19T13:26:20.750747+00:00"^^xsd:dateTime ;
    dcterms:title "SemWeb.Pro 2019 : envoyez votre proposition avant samedi 31 août !" ;
    sioc:container <http://beta.logilab.fr1377> ;
    sioc:content """La prochaine édition de SemWeb.Pro aura lieu mardi 3 décembre à Paris.\r
\r
![image](<https://www.logilab.fr/file/2873/raw>)\r
\r
Nous vous invitons à soumettre vos propositions de présentation en [répondant à l'appel à communication](<http://www.semweb.pro/semwebpro-2019.html>) **avant le 31 août 2019**.\r
\r
Pour être tenu informé de l'ouverture de la billetterie, envoyez un courriel à contact at semweb.pro en demandant à être inscrit à la liste d'information.""" .

Les prochaines étapes pour CubicWeb

Permettre la négociation de contenu est une étape de nos travaux actuels pour faire de CubicWeb une brique à part entière du LOD. Nous travaillons déjà à la génération d'archive RDF pour faciliter l'export, mais également à la possibilité d'interroger la base en SPARQL, en plus du RQL.


SemWeb.Pro 2019 : envoyez votre proposition avant samedi 31 août !

28/06/2019

La prochaine édition de SemWeb.Pro aura lieu mardi 3 décembre au FIAP Jean Monnet, à Paris.

image

Nous vous invitons à soumettre vos propositions de présentation en répondant à l'appel à communication avant le 31 août 2019.

Pour être tenu informé de l'ouverture de la billetterie, envoyez un courriel à contact@semweb.pro en demandant à être inscrit à la liste d'information.


Logilab soutient pgDay Lyon 2019

24/06/2019

Nous avons eu le plaisir de soutenir l'organisation du pgDay Lyon 2019 aux côté des spécialistes de Postgresql et d'autres sociétés qui en font un usage intensif.

Le programme montre que Postgresql est une base de données très flexible, qui allie performances et très grandes quantités de données !


La conférence Mercurial aura lieu mardi 28 mai, à Paris !

03/05/2019

Co-organisée par Logilab, Octobus & RhodeCode la conférence Mercurial aura lieu mardi 28 mai au siège de Mozilla, à Paris.

Mercurial est un système de gestion de contrôle de code source distribué gratuitement qui offre une interface intuitive pour gérer efficacement des projets de toutes tailles. Avec son système d'extension puissant, Mercurial peut facilement s'adapter à n'importe quel environnement.

image

Cette première édition s'adresse aux entreprises qui utilisent déjà Mercurial ou qui envisagent de passer d'un autre système de contrôle de version, tel que Subversion.

Assister à la conférence Mercurial permettra aux utilisateurs de partager des idées et des expériences dans différents secteurs. C'est aussi l'occasion de communiquer avec les principaux développeurs de Mercurial et d'obtenir des mises à jour sur le flux de travail et ses fonctionnalités modernes.

Inscrivez-vous !

Mozilla : 16 bis boulevard Montmartre 75009 - Paris


Mini-sprint mercurial du 4 au 7 avril à Paris

18/03/2019

Logilab co-organise avec la société Octobus, un mini-sprint Mercurial qui aura lieu du jeudi 4 au dimanche 7 avril à Paris.

image

Logilab accueillera le mini-sprint dans ses locaux parisiens les jeudi 4 et vendredi 5 avril. Octobus s'occupe des samedi et dimanche et communiquera très prochainement le lieu retenu pour ces jours-là.

Afin de participer au sprint, remplissez le sondage et indiquez votre nom et les dates auxquelles vous souhaitez participer.

Vous pouvez aussi remplir le pad pour indiquer les thématiques que vous souhaitez aborder au cours de ce sprint : https://mensuel.framapad.org/p/mini-sprint-hg

Let's code together!


Logilab soutient pgDay Paris 2019

05/03/2019

Nous avons le plaisir de soutenir l'organisation du pgDay Paris 2019 aux côté des spécialistes de Postgresql et d'autres sociétés qui en font un usage intensif.

Consulter le programme, il est montre que Postgresql est une base de données très flexible, qui allie performances et très grandes quantités de données !


Fosdem 2019, nous y étions !

19/02/2019

Découvrez le retour de Nicolas Chauvat sur l'édition 2019 du FOSDEM qui a lieu les 2 et 3 février à Bruxelles, en Belgique.

image

À cette occasion, Nicolas a présenté le dernier projet de Logilab, un redémarrage de CubicWeb pour le transformer en une extension Web permettant de parcourir le Web des données. L'enregistrement de la conférence, les diapositives et la vidéo de la démo sont en ligne.


Logilab présent au Capitole du Libre 2018

05/12/2018

Logilab, comme les années précédentes, a apporté son soutien au Capitole du Libre à Toulouse et a contribué à son programme en présentant Déployer des applications python dans un cluster openshift et Retour d'expérience sur la mise en place de déploiement continu.

image

Ces deux présentations ont été assurées par Philippe Pepiot et Arthur Lutz, tous les deux ingénieurs développeurs au sein de Logilab.


Logilab présent à Paris Open Source Summit

04/12/2018

image

Retrouvez-nous au stand C6-D5 du salon

5 & 6 décembre au Dock Pullman, plaine Saint-Denis

Nous vous accueillerons avec plaisir au salon Paris Open Source Summit pour parler logiciel libre, données ouvertes et Web sémantique.

Et ne ratez pas la présentation de Arthur Lutz : Retour d'expérience sur la mise en place de déploiement continu qui aura lieu dans la matinée du mercredi 5 décembre, track Devops.

Demandez votre badge d'accès gratuit !


Logilab soutien PyParis 2018 : consultez le programme et inscrivez-vous !

30/10/2018

Depuis son lancement, Logilab soutien PyParis : deux jours de conférence qui réuni des utilisateurs et des développeurs du langage de programmation Python.

image

À cette occasion, Arthur Lutz présentera "Python tooling for continuous deployment". Il expliquera comment au sein de Logilab nous avons migré les processus de génération et de déploiement vers un modèle de distribution continue, les conséquences d'un tel changement en termes de technologie, au sein des équipes et de gestion de projet avec les clients. Cette présentation portera sur les outils Python qui ont permis de réaliser un tel changement, mais également sur les changements humains qu’il nécessite.

Consultez le programme et inscrivez-vous !


SemWeb.Pro 2018 : utilisez le code de réduction SWEP et incrivez-vous !

23/10/2018

image

http://semweb.pro/semwebpro-2018.html

Suivez nos actualités sur Twitter @semwebpro mais aussi avec le hashtag #semwebpro

Pour plus d'informations, contactez-nous : contact@semweb.pro


Logilab a une nouvelle adresse à Toulouse !

04/10/2018

image

Rendez-nous visite et rencontrez notre équipe !

contact@logilab.fr

Suivez nos actus : @logilab


Logilab présent au PyConFr 2018 !

01/10/2018

Pionnier du langage Python en France, Logilab est mécène de PyConFr, conférence annuelle des pythonistes francophones qui aura lieu du jeudi 4 au dimanche 7 octobre, à Lille.

image

Un codage participatif aura lieu les jeudi 4 et vendredi 5 octobre. Des développeuses et des développeurs de différents projets open source se rassembleront pour coder ensemble. C'est l'occasion de participer au développement de son projet préféré !

Durant le week-end, auront lieu des présentations sur des sujets variés, autour du langage Python, de ses usages, des bonnes pratiques, des retours d'expériences, des partages d'idées.

Cette année, deux ingénieurs de notre équipe sont au programme :

  • Arthur Lutz présentera Déployer des applications python dans un cluster openshift et aussi Faire de la domotique libriste avec Python

Et

  • Julien Tayon présentera La cartographie c'est simple et "complexe"

La billetterie en ligne est fermée ! Pour plus d'informations, rapprochez-vous de l'association organisatrice.


SemWeb.Pro 2018 : le programme est en ligne, inscrivez-vous !

13/09/2018

image

Mardi 6 novembre au FIAP Jean Monnet, à Paris

Consultez le programme et inscrivez-vous dès à présent afin de bénéficier du tarif à 70€ (passage à 120€ après le 15 octobre).

Vous pouvez assister à cette journée dans le cadre d'une formation professionnelle (donnant lieu à l'établissement d'une convention de formation). Dans ce cas, le tarif applicable est de 250€.

Suivez nos actualités sur Twitter @semwebpro mais aussi avec le hashtag #semwebpro

Pour plus d'informations, contactez-nous : contact@semweb.pro


Logilab présent aux journées d'études "Documenter la production artistique : données, outils, usages"

05/06/2018

Du 4 au 6 juin ont lieu les journées d'études Documenter la production artistique : données, outils, usages autour des plateformes ReSource et Artefactory qui se déroulent à la Villa Arson, à Nice.

À cette occasion, Adrien di Mascio présentera Désilotation et publication de données culturelles : un retour d’expérience.

Cette présentation expliquera de manière simple les notions d’échelle de qualité des données, d’ontologies, de référentiels, d’identifiants pérennes et d’alignements. Adrien montrera quelques retours d’expériences concrets de projets réalisés par Logilab comme data.bnf.fr, francearchives.fr ou Biblissima pour illustrer les différents concepts et processus mis en jeu pour publier des données patrimoniales.

Rendez-vous demain, mercredi 6 juin à partir de 10h45 à l'amphi 3 de la Villa Arson.